archives du forum de discussion « Ornithologie »

le Marquenterre en automne

[ NOTE : Le plan du parc de Marqueterre est archivé ] :
          Plan du Marquenterre (61Ko)
   Echelle du terrain : le parcours le plus long fait 6 km

 

Contribution de François Sueur , "Parc ornithologique du Marquenterre 1er décembre 2001" , 1 Dec 2001

Observations réalisées le 1er décembre 2001 au Parc ornithologique du Marquenterre (Somme)

 

réponse de Lucien GUES , "Re: Parc ornithologique du Marquenterre " , 2 Oct 2001

Le CEREOPSE CENDRE Cereopsis novaehollandiae Cape Barren Goose est une très grosse oie du sud de l'Australie et de la Tasmanie qui pèse entre 3 et près de 8 kg.

Ensemble gris clair, pattes rouges et pieds noirs, bec jaune verdâtre, c'est un oiseau d'ornement dans nos pays.

Celui rencontré en Baie de Somme est sans aucun doute un échappé de parc.
Lucien GUES
AYETTE, Pas de Calais

 

Contribution de Jean Baptiste Martineau , "Re: Parc ornithologique du Marquenterre 29 septembre 2001" , 2 Oct 2001

Une question; c'est quoi un(e) céréopse ?

 

Contribution de François Sueur , "Parc ornithologique du Marquenterre 30 octobre 2001" , 30 Oct 2001

Observations réalisées au Parc ornithologique du Marquenterre (Somme) le 30 octobre 2001

En migration active : Alouettes lulus et des champs, Pipits farlouses, Etourneaux, Pinsons des arbres et du Nord, Tarin des aulnes (1) et Bruant lapon (1)

 

contribution de jean-luc saint-marc, jlsm_A_club-internet.fr, "POM d'automne", 23 Oct 2000

samedi 20 d'octobre
léger vent de sud-ouest, pluies fines intermittentes, température douce, pleine mer avant le lever de l'astre, coefficients tout petits...

Balade dans le parc ornithologique du Marquenterre, Somme, Picardie.

Dès le premier poste d'observation, miroise intéressante d'une douzaine de chevaliers composée d'aboyeurs migrants et de gambettes au cercle orbital blanc. Démonstration de vol, d'émissions vocales et de stationnement sur une guibolle.

Au fond, dans les pâtures, petits hérons blancs à bec noir ou jaune, hérons cendrés, chevaux rustiques, grands cormorans couchés.

Treize spatules pioncent, d'un oeil, exposant leurs laids bijoux annulaires...

Continuons la balade; le grèbe castagneux d'automne se laisse dénombrer par de probables dizaines. Grèbe huppé, lui, se laisse rechercher.

Quelques centaines de vanneaux huppés, dont certains individus excités ne supportent la présence de congénères, ni de sarcelle des jours courts ou de bécassine des marais.
Sans arrêt, ils pourchassent ce qui trop près passent, agacés !!

Sur cette mare, quiets souchets siestent alors que sur d'autre, ils procèdent à une toilette méthodique de leurs délicieuses couleurs. Ils courent sur l'eau en voletant rapidement, et d'un coup ils plongent dans l'eau douce, jusqu'à disparaître, l'espace d'une seconde.
Les sarcelles pratiquent de la sorte, dans moult éclaboussures et bruits...

De nombreux canards pilets, plus calmes se toilettent sans s'immerger totalement. A la limite de l'eau et de de la pâture, une trentaine de barges à queue noire se nourrissent ....

D'un coup, dans un vrombissement sourd la grande majorité des oiseaux s'envole, effarouchée par le passage d'un probable faucon pèlerin signalé, mais non observé...

Puis, la nuée se repose par besoin de repos, de nourriture ou de lissage de plumage. Une quinzaine de chevaliers arlequins en costume clair...
Et sans cesse passent des bandes de pinsons, linottes, tarins des aulnes, verdiers, grives, cormorans.

Litanie
Tringa nebularia, Tringa totanus, Egretta garzetta, Bulbucus ibis, Ardea cinerea, Phalacrocorax carbo, Platalea leucorodia, Tachybaptus ruficollis, Podiceps cristatus, Vanellus vanellus, Anas crecca, Gallinago gallinago, Anas clypeata, Anas acuta, Limosa limosa, Falco peregrinus, Tringa erythropus, Fringilla coelebs, Carduelis cannabina, Carduelis spinus, Carduelis chloris, Turdus philomelos, Turdus viscivorus...

 

contribution de Didier Godreau, didier.godreau@free.fr, "Baie de Somme , les 7 et 8 octobre 2000.", 8 Oct 2000

Baie de Somme , les 7 et 8 octobre 2000.

Nous partons de Paris vers 06h00 ce samedi et arrivons à 8h30 , au bois de Cise, 1ère étape de notre périple picard . Nous allons au belvédère situé en haut des falaises de craie, du haut desquelles nous apercevons les choucas des tours et les pigeons colombins, tous deux nicheurs dans la falaises. La météo est quelque peu médiocre, et malgré nos efforts nous ne voyons pas les fulmars tant attendus !
Nous passons ensuite à Cayeux sur mer et garons notre véhicule pour faire à pied le tour du Hable d'Ault.
Sur les galets de la plage s'ébrouent des traquets motteux , et des pipits maritimes avec leur livrée hivernale jaunâtre . Nous approchons d'un 1er plan d'eau où nous repérons un grèbe à cou noir, une aigrette garzette, des goélands marins et argentés .

Au loin, au milieu de grands cormorans au garde à vous, apparaît une silhouette blanche, qui se révèle être celle d'un pélican blanc ! Nous verrons plus tard dans le même plan d'eau un cygne noir !
Depuis la plage de galets, nous scrutons les flots, et repérons le ballet d'un labbe parasite, qui harcèle un goéland argenté pour lui extirper quelque proie .
La lunette permet de situer un groupe de 3 oiseaux sombres qui d'un vol rapide survolent l'onde, puis se posent au loin. Un des oiseaux étend ses ailes, et nous pouvons identifier trois macreuses brunes .

Sur le chemin du retour, un busard des roseaux passe lentement au dessus des huttes des chasseurs . Le petit crachin se transforme en pluie battante qui ne s'arrêtera que le lendemain vers 11h00 ! Cela nous incite à passer au parc du Marquenterre pour profiter des observatoires .
Malgré le déluge, les visiteurs sont nombreux !
Nous avons beaucoup de mal à voir les oiseaux : un chevalier aboyeur, quelques hirondelles rustiques, et quelques canards. Nous persévérons et sommes récompensés au poste 7 par un faucon pèlerin juvénile , posté au bord de la prairie, observant avec grand intérêt ses proies potentielles, les très nombreuses sarcelles d'hiver !!
Une grande aigrette est aussi visible près d'un canal.

Le dimanche le temps est désastreux ... jusqu'à 11h00 où nous sommes de nouveau au parc du Marquenterre . Avec le soleil, c'est la bouscarle de Cetti qui donne le signal du renouveau : le pèlerin est de retour et les canards très nombreux sont inquiets ! Nous avons du temps pour détailler les rares limicoles : combattants variés, chevaliers gambette et arlequin, barge à queue noire , courlis cendré et pluvier argenté .

Coté mammifères, les phoques sont visibles dans la baie près des bouées, et , dans le parc , un renard attrape un mulot . Un seul conseil à tous et toutes : allez-y !!

 

contribution de jean-luc saint-marc, jlsm_A_club-internet.fr, "Pastis et tabac brun", 25 Oct 1999

En Somme maritime (Picardie-F), ça buffait fort samedi et dimanche;
peu à quasiment pas d'averses diurnes...

Un ciel dégagé, à de traîne, générant des lumières coutumières à ce pays.

Des choses, peu coutumières à ce pays, se sont par contre présentées à nous:
des "trucs" (chasseurs, grocs...) en mal de...communication nous ont abordé pour en savoir un peu plus sur nos moeurs de mateurs et sur ce que nous pouvions avoir entre les oreilles!

Courtois, ce trio de normands en virée dans le POM (parc ornithologique du Marquenterre).
Parfumés au tabac brun et à l'apéro anisé, qu'ils sirotaient allègrement le long du grand parcours, les deux mâles du dit trio ont souhaité au plus vite nous affirmer que:
"viandards ils n'étaient point".
Ce dont nous ne pouvions douter...

Plus tard, après une bonne averse, surprise dans les mollières de Boismont, un bipède armé a tenu à saluer chacun d'entre-nous sept (nous étions sept), serrage de paluches viril mais correct, nous affirmant qu'"ils" étaient des protecteurs de la nature tout comme nous (!) et qu'il n'y avait pas de raison de ne pas être d'accord.

Salut et la revoyure!....

Que ce passe-t'il, amis ?
Cette discussion, précédant la fin de semaine dernière, a-t'elle provoqué une prise de conscience chez les cadres pensants de CP...TNT ?

Nous avons observé au POM en particulier;
grèbe jougris (podiceps grisegena)
grande aigrette (egretta alba) et
spatule blanche (platalea leucorodia)
milan royal (milvus milvus), épervier (accipiter nisus) et
buse variable (buteo buteo)
faucon pèlerin (falco peregrinus)
labbe parasite (stercorarius parasiticus) dans la héronnière...

Plus particulièrement au hâble d'Ault (Vimeu-Picardie):
grèbe esclavon (podiceps auritus) parmi
12 grèbe castagneux (tachybaptus ruficollis), sympa!
sterne caugek (sterna sandvicensis) et
hibou des marais (asio flammeus)

Partout moult pinsons des arbres remontaient le vent, quelques pinsons du nord, tarins des aulnes, verdiers migraient...

Dans les renclôtures de Boismont: 4 pluviers dorés (pluvialis apricaria).

De la route blanche de Brighton (cayeux) nous avons maté 7 bernaches cravant (branta bernicla).

Mais une question me mine!
Comment profiter, tout comme nos "..." chasseurs, des divers et variés milieux de ce riche pays sans risquer de s'en prendre une ?

 

contribution de Gilles Vannier <vannier@apro.fr>, "Marquenterre côté jardin",29 Octobre 1998

Le parc du Marquenterre est composé de plans d'eau, plus ou moins salés, situés derrière la dune au Nord de l'estuaire de la Somme. C'est un site idéal pour observer les canards et les limicoles, mais un site presque trop parfait, et aussi un parc littoral d'où on ne voit jamais la mer.

Aussi, ce dimanche 25 octobre, j'ai choisi le côté jardin. Prendre la route de l'estuaire au "Bout des Crocs", laisser le véhicule et marcher jusqu'à la mer (le chemin d'accès est plutôt long), pour suivre la dune le long du parc, côté mer.

Arrivée à la mer, l'actualité reprend le dessus: à gauche de la Maye, nos vaillants Nemrod attendent, arme au poing (en vain semble-t-il, on n'entend pas de détonations). A droite de l'embouchure, dans le marécage, on pouvait observer:

Au bord des flaques d'eau:

Dans la mer, en bordure du marécage (mais pas devant les nemrods), et parfois dans le marécage:

Et aucun de passage de migrateurs, sauf peut-être 3 alouettes qui se promenaient sur le sable

En longeant la dune, à marée descendante, rien , si ce n'est un petit gravelot. Avant d'arriver au banc de l'Ilette, la mer s'étant déjà éloignée de 150 mètres, en ombre chinoise devant le soleil et au bord de l'eau, sans doute les pluviers et les bécasseaux observés précedemment (mais comment en être sûr?)

Et au retour, passant par dessus la dune, des escadrilles d'huitrier pie regagnent la zone de ressac.

Ce message pour signaler le plaisir de la promenade ornithologique, quand le climat (vent et pluie, mais c'était supportable) n'est pas votre allié, et que la recherche des impressions prend le pas sur la rigueur de l'observation.

 

contribution de Gilles Vannier <vannier@apro.fr>, 11 Novembre 1997

Relevé de ma visite au Parc du Marquenterre (Somme) du 11 novembre 1997 (observations de 10h à 13h30, beau temps, marée haute de faible amplitude à 8h45). Les oiseaux étaient assez éloignés des postes d'observation.

 

Limicoles: les avocettes que je n'avais pas vues en octobre sont toujours là, mais plus de chevaliers ni de bécasseaux.

canards: les hivernants réguliers sont tous là, et les mâles abordent de nouveau leurs couleurs

quelques rapaces, le busard ne tenait pas en place, mais le faucon pélerin a eu l'amabilité de se poser sur la prairie une dizaine de minutes...

autres "terriens", présents sur les prairies parmi les oiseaux aquatiques (corbeaux, pie et faisan sont plus à l'intérieur): :

 

contribution de Gilles Vannier <vannier@apro.fr>, 12 Octobre 1997

Relevé de ma visite Parc du Marquenterre (Somme) du 12 octobre 1997 (observations de 9h45 à 13h30, matinée pluvieuse jusque 10h30 puis ensoleillée, marée haute de faible amplitude à 8h30);

 

Les canards sont toujours en éclipse, sauf les colverts dont certains sont en pariade.

Nombre d'espèces observées relativement faible, en raison de la marée et de la saison.

 

contribution de Pierre Marchand < >, "Marquenterre et Aigrette neigeuse", 21 Septembre 1997

Nous sommes allés faire un tour au parc du Marquenterre (Somme).

Le beau temps nous a permis de couvrir les 6 km du circuit dans de bonnes conditions.La marée haute à 15:15 a ramené plusieurs espèces à portée de lunette en milieu d'après-midi.

Nous avons été frappé par la ressemblance frappante de notre Aigrette garzette avec l' Aigrette neigeuse américaine que nous avions vue (sans pour autant l'identifier nous-mêmes) au marais de Gros Cacouna au Québec cet été. L' Aigrette neigeuse outre le bec noir, les pattes noires et les pieds jaunes, possède en plus, une petite tache jaune à l'avant de l'oeil. C'est la seule différence.

Voici ce que nous avons pu voir hier:

Plus de 1000 individus:

Entre 100 et 1000 individus:

Entre 10 et 100 individus:

Entre 1 et 10 individus:

Cette liste n'est finalement pas très différente de celle du G. Vannier suite à sa visite le 17 Août dernier.

Pierre Marchand

Au Cormoran: http://www.imaginet.fr/~marchand/

 

retour