archives du forum de discussion « Ornithologie »

ornithologie en Grèce

 

Contribution de Pierre Marchand, "Crete" , 10 Sep 2002

Pour la troisième année consécutive, nous avons séjourné en Crête.
Cela nous a permis de retrouver ces lieux magnifiques et situés à l'écart des grandes migrations touristiques.

Les oiseaux ne sont pas très nombreux en valeur absolue. Cela est sans doute dû à plusieurs facteurs combinés. Les grosses chaleurs d'août et début septembre sont encore bien présentes, forçant les oiseaux à rester à couvert pendant la journée. D'autre part, la nidification étant terminée, la notion de territoire disparaît et les oiseaux ne manifestent plus leur attachement à un lieu particulier.

La plupart des espèces visibles étaient des espèces communes comme la Fauvette mélanocéphale, la Corneille mantelée ou le Pipit rousseline. Pourtant, quelques espèces étaient plus intéressantes par leur présence comme le Puffin cendré, ou le Vautour fauve.
Certaines espèces nous ont vraiment émerveillés par leurs démonstrations en vol comme le Faucons d'Eléonore, ou les Martinets à ventre blanc.

Pour la région d'Agios Nikolaos, les oiseaux les plus présents sont les Fauvettes mélanocéphales et les Chardonnerets élégants. Les fauvettes sont un peu partout. Les Chardonnerets sont dans les campagnes.
On pourrait appeler la Crête l'île aux chardonnerets et aux Fauvettes mélanocéphales.

On arrive à observer facilement le Vautour fauve et le Grand corbeau.
Un jour, sur la route d'Agios vers Sitia, nous avons pu voir par dessus la ligne de crête d'une colline quelques Vautours fauves. J'appuyai un peu plus sur l'accélérateur.
Quand la vue s'est trouvée dégagée, c'était plus de 70 vautours et presque autant de Grands corbeaux qui démarraient une spirale ascendante dans l'air surchauffé. Petit à petit, les vautours se sont élevés très haut. Par contre, les Grands corbeaux n'ont pas suivi et se sont rapidement dispersés.

Vers Milatos, nous avons pu voir un regroupement d'une vingtaine de Crabiers chevelus. Manifestement ensemble. Très nerveux, le groupe s'envolait pour effectuer une large boucle au-dessus de la mer pour revenir se poser sur les mêmes rochers.
Ils étaient peut-être en migration. Peut-être avaient-ils mis en communs les meilleures chances pour gagner l'Afrique?

Nous avons pu observer le vol acrobatique d'un Grand corbeau.
Le Grand corbeau allait et venait le long d'une falaise en bord de mer. La bizarrerie, c'est que quelquefois, le corbeau faisait un tonneau pour passer en VOL SUR LE DOS sur quelques dizaines de mètres. Ensuite, il repassait en vol normal, ventre en bas en faisant claquer son bec par deux fois. Nous avons dû nous pincer tellement nous étions stupéfaits.

Au nord-ouest de Iérapétra, il y a un lac de barrage. Nous avons pu y observer un balai de 8 Faucons d'Eléonore (de type clair) rasant l'eau, virant serré, et remontant dans les airs. Ceux-ci imitaient le vol des Hirondelles rustiques quand elles attrapent les insectes au ras de l'eau. Mais cela semblait être un concours de voltige, car tous les faucons ne volaient pas en même temps. Les faucons spectateurs étaient posés sur le rivage pendant que d'autres effectuaient leur numéro.

Les Martinets à ventre blanc sont tout aussi gais en vol que nos Martinets noirs. Leurs cris sont pourtant très différents. Ils évoquent des tic-tic-tics stridents. On les entend surtout le soir après les grosses chaleurs de la journée.

Par ordre d'entrée en scène:

Vivement l'année prochaine...
Pierre Marchand
Vaux-le-Pénil - Seine & Marne

 

Contribution de Pierre Marchand , "Obs en Crete" , 28 Aug 2001

Après Rhodes, nous avons séjourné deux semaines en Crête.
Nous étions à l' Ouest de l'île, près de La Chanée.
Aidé du livre de Stéphanie Coghlan "A birdwatching guide to Crête", nous avons visité les zones proposées proches : Agia marina, Omalos, Falassarna, Maleme, Paléochora .
C'était très utile d'avoir ces itinéraires très précisément décrits. Nous n'aurions pu les découvrir par nous-mêmes qu'après de longues recherches et tâtonnements.

L'été n'est pas la saison la plus propice comme on peut s'en douter. Outre les Faucons d'Eléonore que nous avons pu observer en plus petit nombre qu'à Rhodes, les bandes de Puffins yelkouan nous ont fait passer de bons moments.

Des Puffins yelkouan :
On les voyait le plus souvent le soir vers 6 heures s'ébattre en volant le long de la plage.
Le soir, un groupe de 50 à 70 individus balayait continuellement la même zone, longue de deux ou trois kilomètres. Probablement pour attendre la nuit et avant de regagner la colonie et ses terriers . C'était un plaisir de les voir voler, rasant la vague, au point de les voir disparaître dans un creux, malgré une mer apparemment étale. Battant sans cesse les ailes, mais le groupe se posant parfois sur l'eau quelques instants.

Des Chardonnerets :
Au plateau d'Omalos, le Vitara 4x4 nous a permis d'emprunter les pistes poussiéreuses. Nous avons vu des Chardonnerets élégants par centaines. C'était des nuées se nourrissant dans les chardons secs qui formaient la maigre végétation jaunie par le soleil et la sécheresse. Nous n'avions jamais vu autant de chardonnerets en si grand nombre.

Des Ibis falcinelle :
Presque tous les jours, on voyait passer le long du littoral, entre un et cinquante Ibis falcinelle, volant l'un à côté de l'autre à quarante mètres d'altitude. Ce fut très intéressant de les voir aussi régulièrement, alors que cette espèce reste très localisée ( et loin de chez nous ) .

Littérature:
un petit fascicule avec plein de dessins des lieux à visiter : "A birdwatching guide to Crête" Stéphanie Coghlan chez Arlequin
41 itinéraires ornithologiques en 91 pages abondamment illustrées. Statuts des espèces présentes. Il y a pas mal d'erreurs faciles à repérer.
Malgré tout, une sympathique brochure indispensable pour la Crête, au moins pour les itinéraires ornithologiques.
Disponible à la librairie en ligne NHBS.

Pierre Marchand
Vaux-le-Pénil - Seine & Marne

 

Contribution de Pierre Marchand , "Les oiseaux à Rhodes" , 26 Aug 2001

Sur trois semaines de vacances, la première semaine se situait à Rhodes, ile grecque au large de la Turquie.

Les oiseaux sont assez discrets.
On ne rencotre pas de grands groupes. Au mois d'août la température est toujours supérieure à 35C. Ce qui n'incite pas les oiseaux a pratiquer une activité intensive. C'est pareil pour les observateurs qui restent souvent soigneusement à l'ombre des parasols.

Ce n'est pas le cas pour le Faucon d'Eléonore.
Il est possible de le reconter partout, tous les jours à n'importe quelle heure. Il nous a semblé plus facile à rencontrer qu'en Crête.

Il suffisait de sortir du village avec la voiture et de faire quelques kilomètres. Un tour d'horizon depuis un point un peu élevé, révélait presque toujours un groupe de deux à cinq faucons pratiquant un vol récréatif avec des plongées vers le sol à une allure vertigineuse.
Quelquefois, nous avons vu un faucon posé sur un fil electrique. Les ailes légèrement écartées du corps.

Ils ne semblent pas plus stressés à l'observation qu'un Faucon crécerelle. C'est à dire qu'il se laisse approcher très près, pour peu que l'on ne descende pas de la voiture.

Les faucons d'Eléonore que nous avons rencontrés sur Rhodes étaient tous des individus de forme claire.

Liste pour une semaine :

Faucon d' Eléonore: une cinquantaine au total en groupes de deux à dix individus. En quelques jours seulement, car nous n'avons pas fait de voiture tous les jours.

 

contribution de Eric Cuvelier, savagran@yahoo.fr, "Re: Lesbos / Lesvos", 28 Mar 2001

Bonjour, s'il s'agit de l'île de Lesbos ou Mytilène, un rapport d'observation bien fait se trouve sur le site http://www.surfbirds.com.

 

contribution de Xavier Hindermeyer, xavier.hindermeyer@lorraine.environnement.gouv.fr, "Lesbos / Lesvos", 28 Mar 2001

Tu trouveras des cr complets de voyages récents à l'adresse suivante : http://www.birdtours.co.uk/tripreports/Greece/index.htm

 

contribution de Marc Giroud, le_juv@yahoo.fr, "Lesbos / Lesvos", 28 Mar 2001

Recherche de manière urgente des infos ornitho sur l'île de Lesvos (Grèce)...

 

contribution de Pierre Marchand, , "Faucon d'Eleonore en Crete", 24 Aug 2000

Nous avons effectué un séjour en Grèce principalement dans les iles de la mer Egée. Mais le gros du séjour s'est déroulé en Crête.
Les températures élevées du mois août ne permettent pas de voir beaucoup d'oiseaux dans les Cyclades. On y rencontre des oiseaux en petit nombre où domine le moineau domestique, le pigeon et la Tourterelle turque.

Une mention spéciale pour Mykonos où le centre-ville héberge trois Pélicans blancs à moitié apprivoisés nourris par les locaux, probablement liés à l'office du tourisme. Ces pélicans sont installés à cet endroit depuis l'époque du célèbre Pélican nommé Petros cher à Jackie Kennedy.

Les oiseaux rencontrés furent les espèces propres aux régions méditerranéennes. En Crête , les espèces rencontrées sont nettement plus variées, au moins en été. Nous y avons rencontré surtout :

C'est déjà assez intéressant n'est-ce pas ?

Contre toute attente, nous n'avons pas vu en Crête de Fauvette de Ruppel, Vautour fauve, Gypaète barbu, ni même de pie-grièche. Probablement par manque de chance. Probablement aussi que les rapaces nécrophages restent très localisés aux vallées les plus reculées.

Les observations les plus intéressantes furent les observations de Faucons d'Eléonore - Falco eleonorae .
Ce grand faucon se rencontre sous deux formes. Une forme claire, qui pourrait rappeler un grand Faucon hobereau. Nous avons pu observer également une autre forme, où le faucon est entièrement de couleur noire. En fait plutôt gris sombre, à la base des rémiges. La forme claire nous a paru la plus courante.

Nous avons pu voir ce faucon en groupe. Pour ce qui nous concerne, les groupes étaient de 5 à 15. La où cela devient vraiment sympathique est que ces groupes évoluent sur des territoires d'étendues faibles. Nous avions sans cesse l'impression d'être en meeting aérien. Il ne semble pas gêné ni par les observateurs ou les habitations, voire les voitures.
Ajoutez à cela que ce Faucon pratique le vol récréatif où se mêle le sur-place, ailes immobiles dans le sens du vent, de longs piqués à vitesse vertigineuse, virage très serré, etc..
Meeting aérien durant des heures.

En terme d'identification, la présence de grands groupes aide beaucoup dans le repérage. La littérature le dit proche du Faucon hobereau. Le Faucon d'Eléonore est plus grand et les ailes très étroites, la queue très longue. Je dirais que, pour ma part, un probable juvénile de Faucon pèlerin a pu, dans un cas au moins, être un piège plus redoutable que la confusion Eléonore/hobereau.

Pour l'observation des Faucons d'Eléonore, nous étions basés à l'Est de la Crête, à Agios Nikolaos. Nous avons pu les observer :

Beaucoup nichent à la pointe Est de la Crête vers Zakros et sur de petites îles inhabitées, en colonie. L'oiseau est migrateur et niche très tard en saison. La raison est qu'il nourrit ses jeunes grâce aux prélèvements de passereaux migrant vers le Sud.
Pas étonnant de le trouver nicheur dans le bassin méditerranéen sur une espèce de ligne de front se situant aux Baléares, Corse, Sardaigne, mer Egée. Les colonies s'échelonnent comme pour barrer le passage entre les continents Europe et Afrique.

Cette espèce niche donc de manière très spécialisée en termes de latitude et d'époque.

La Grèce supportait en 1970, 56 colonies nicheuses soit 2873 couples représentant 65 % de la population mondiale (chiffres donnés par Walter). C'est dire la responsabilité de la Grèce dans la conservation de l'espèce. Celle-ci ne semble actuellement pas en danger et la population même semble en légère augmentation (selon la littérature).

Deux livres indispensables et fort bien faits pour cette région ornithologique . Nous les avions commandés à NHBS (http://www.nhbs.com). Le paiement est sécurisé et les livres arrivent en une semaine et demi, en parfait état.

- A birdwatching guide to Crête
Stéphanie Coghlan chez Arlequin
41 itinéraires ornithologiques en 91 pages illustrées. Statuts des espèces présentes.
Une brochure indispensable pour la Crête, au moins pour les itinéraires ornithologiques.

- The birds of Grece
George Handrinos et Triantaphyllos Akriotis
Chez Christopher Helm
Inventaire descriptif des espèces observables en Grèce. Avec les cartes de distribution et description des milieux, évolution des effectifs. Un très beau livre, léger dans la valise.
329 pages illustrées, reliure rigide.

Pierre Marchand
Vaux-le-Pénil - Seine & Marne

 

contribution de Georges et Mireille Olioso, georges.olioso@wanadoo.fr, "Voyage naturaliste", Mai 1999

Grèce et Crète - Voyage naturaliste par Georges et Mireille Olioso ;
Document au format RTF : grece.rtf (59 Ko) - Mai 1999.

Archivé sur le serveur des documents de la liste "Ornithologie" situé à :

http://members.tripod.com/~parus/
comptes rendus

 

contribution de Georges et Mireille Olioso, georges.olioso@wanadoo.fr "Voyage naturaliste en Crète par Georges et Mireille Olioso", mai 1998

Crète - Voyage naturaliste en Crète par Georges et Mireille Olioso ; Document au format RTF : crete.rtf (66 Ko) - Mai 1998.

Archivé sur le serveur des documents de la liste "Ornithologie" situé à :

http://members.tripod.com/~parus/

 

contribution de Le Huitouze Serge <lehuitouze@thmulti.com>, "Ornitho en Crete du 5/04 au 18/04", 23 avril 1998

Quelques observations ornithologiques de mes vacances en Crete, du 5 au 18 avril.

Tout d'abord un commentaire general sur la Crete.

Au risque de faire hurler les personnes restes en France pendant cette periode, je dois dire que le temps en Crete etait deja chaud (autour de 25 degres), avec soleil du matin au soir, seulement voile par des nuages d'altitude deux ou trois jours.

Il y a beaucoup moins d'especes que dans des lieux de latitude/longitude similaires. Par ailleurs, les oiseaux presents utilisent des biotopes plus diversifies, par suite de la disponibilite de niches non occupes dans d'autres regions.

Par exemple, la Bouscarle de Cetti _Cettia cetti_ que je connais plutot dans des milieux humides (ou a tout le moins frais), comme des roselieres, des ronciers, des falaises maritimes, occupe la garrigue des lors qu'il y a quelques arbres (caroubiers) independamment du caractere sec du milieu alentour.

C'est sans doute vrai pour d'autres especes, mais mon niveau ne m'a pas permis de l'apprecier.

Certaines especes sont, parait-il, plus petites en Crete que sur le "continent" (la encore, je n'ai pas pu le constater par moi-meme).

Enfin, en ce qui concerne la repartition des especes en Crete, les guides ornithologiques europeens semblent avoir quelques lacunes, ce qui m'a ete confirme par un ornitho cretois (si, si, ca existe :-).

A titre d'exemples :

et j'en oublie certainement...

 

Par ailleurs, j'ai fait quelques observations d'oiseaux qui ne sont pas censes se trouver en Crete, mais j'avais peut-etre a faire a des oiseaux de passage, ce qui resterait a confirmer.

En bref, si vous allez en vacances en Crete, notez tout ce que vous voyez/entendez et essayez de transmettre ces donnees en Grece/Crete.

Je vais essayer de recuperer une adresse "officielle" ou transmettre des donnees de Crete que je transmettrai sur la liste.

Cette situation est certainement commune a un certain nombre de pays du pourtour mediterraneen et je ne peux qu'encourager tout un chacun a transmettre ses donnees a une structure adequate lors de sejours dans des pays peu prospectes.

Bon, allez, assez cause, passons a quelques donnees factuelles :

Toutes ces especes sur les rares zones humides de Crete

dans les montagnes (1500m et +)

Voila, c'est un peu long, mais une fois que l'on commence... :-)

Serge

 

contribution de Le Huitouze Serge <lehuitouze@thmulti.com>, "Ornitho en Crete du 5/04 au 18/04", 23 avril 1998

Dominique Vallet m'a ecrit en prive ce qui suit.

Je me permets de repondre publiquement, pour enfoncer le clou concernant la transmission des donnees de vos vacances aux associations locales.

> tu dis :
> >Huppe fasciee _Upupa epops_ : 2 obs (prob migrateurs)
>
> Pourquoi ne serait-elle pas nicheuse comme elle l'est dans tout
> le maghreb?
> (Je n'ai pas de carte de répartition sous les yeux)
> Dominique

 

Effectivement, ceci est possible.

Comme je le disais dans mon message initial, les cartes de repartition sont assez folkloriques pour un certain nombre d'especes.

Mais, comme je le disais aussi, beaucoup d'especes presentes dans les pays "continentaux" alentour sont absentes de Crete sans raisons apparentes (si tant est que je sois capable de donner une raison a la presence/absence de telle ou telle espece).

C'est pour cela que j'incite les gens a transmettre leurs donnees de vacances, ET A NOTER TOUT, meme les especes a priori banales, ainsi que les indices de nidification (chant, transport de materiaux, nourrissages, ...).

Ah oui, un petit additif concernant l'ornithologie en Crete : ce n'est pas le meilleur endroit pour faire de l'ornitho, mais bon, on arrive tout de meme a voir quelques petites choses comme le prouve ma liste.

Si vous voulez aller dans cette region (et si vous avez le choix), je pense que la Grece continentale ou la Turquie sont bien plus interessantes (sans avoir teste par moi-meme).

retour