archives du forum de discussion « Ornithologie »

Hirondelles

Hirundo, Riparia, Delichon, Ptyonoprogne sp.

 

Contribution de aj-boussard , "SUIVI de colonies d'Hirondelles de rivage -(Ariège)" , 15 Aug 2005

- HIRONDELLE DE RIVAGE - Riparia riparia -Hirundinidae
Sand martin (GB) - Avion zapator (E) - Uferswalbe (D)
Longueur: 12-13 cms. Envergure : 27-29 cms -

H. LA VIE DE LA PAROI DES HIRONDELLES

Nous avons pu constater que les trous individuels creusés en mai par les couples avaient commencé à évoluer dès la mi juin.

En effet, de trous individuels, les boyaux sont devenus des espaces collectifs sur la partie avant de la paroi et ce sont des saignées horizontales importantes qui réunissent maintenant ces nids qui ont permis l'incubation (12 à 16 jours) puis le nourrissage (16 à 23 jours).

C'est l'expression de la vie communautaire qui anime la colonie dont tous les événements sont concomitants, les différents couvées se mélangeant dès que les jeunes sont apparus à l'embrasure des trous. Deux photos prises respectivement les 18 juin et 5 août permettent de prendre conscience du phénomène.

On repère aisément les jeunes hirondelles qui sortent volontiers, se perchent à l'extérieur mais reviennent à l'avant du nid pour être nourries. Les plumes du dessus sont liserées ou bordées de blanc roussâtre surtout aux suscodales, la gorge est teintée de roux et souvent tachetée de brun.

Très grégaires, les hirondelles de rivage chassent en groupe et si le lien familial est rompu peu après les premières sorties, jeunes et adultes restent groupées y compris dans la migration. Celle-ci va commencer début août pour se terminer au maximum pour quelques petits groupes en octobre, le gros des départs étant effectué en septembre.

Destination : l'Afrique orientale, surtout. Quelques unes vont vers l'ouest au Lac Tchad et au Sierra Leone ou vers le sud Mozambique - Transvaal.

Elles réapparaîtront fin mars début avril dans le midi de la France.

Paroi Hirondelles de rivage
Paroi Hirondelles de rivage

Paroi Hirondelles de rivage
Paroi Hirondelles de rivage

Hirondelles de rivage
Paroi Hirondelles de rivage

Hirondelles de rivage
Paroi Hirondelles de rivage

 

Contribution de aj-boussard , "SUIVI de colonies de Guêpiers d'Europe et d'Hirondelles de rivage -(Ariège)-Dossier 8 -Visite du 18-06-05" , 8 Aug 2005

HIRONDELLE DE RIVAGE - Riparia riparia -Hirundinidae
Sand martin (GB) - Avion zapator (E) - Uferswalbe (D)

Longueur: 12-13 cms. Envergure : 27-29 cms -

LA COHABITATION SUR LA PAROI

Une évidence,les guêpiers et les hirondelles se sont partagés les 120 mètres de paroi.

Dans la partie nord,sur une cinquantaine de mètres ,huit trous "neufs" repérables aux gravats clairs à leur aplomb complètent une dizaine d'anciens de l'an dernier qui semblent "réactivés".Tous ces trous,aux entrées rondes, sont distants de 50 cms à 1/5 mètres;ils parsèment la paroi.
Nous observons des relèves assurés par les couples...l'incubation continue.Les quelques racines ou bois qui sortent de la paroi accueillent des oiseaux à peine sortis du trou.

Au sud, la colonie d'hirondelles s'est augmentée depuis le mois dernier...
Elle a monopolisé une surface égale à celle occupée par les Guêpiers mais les trous (environ une centaine) sont très proches les uns des autres ...de petite taille, et sans forme d'entrée constante.

Au beau milieu de leur "territoire",l'un des rares trous ronds vient d'être investi par un guêpier ! ! aussitôt une agitation particulière mobilise en vol une quinzaine d'hirondelles ..et à tour de rôle, elles osent se poser quelques instants à l'entrée du trou comme pour houspiller l'intrus qui est au bord,visible.En moins de trois minutes de ce manège, le guêpier a décampé.
Tout est redevenu calme,comme si rien ne s'était passé.

Deux espèces étrangères ont été manifestement tolérées : trois nids de Moineaux soulcie - Petronia petronia- coté guêpiers et un couple de Moineau domestique -Passer domesticus- qui est très présent sur le devant de son logis dans la zone réservée des Hirondelles de rivage..

 

Contribution de aj-boussard , "Hirondelles de rivage" , 27 Jul 2005

Hirondeles de rivage

Hirondeles de rivage

 

Contribution de Jean (78) , "encore quelques Hirondelles en Ile de France", 21 Sep 2003

Puisque ce sujet a ete d'actualite ces jours derniers je reviens dessus. En effet a l'occasion d'une sortie en plaine ce matin a environ 40 km a l'ouest de Paris , j'ai vu une dizaine d'hirondelles de fenetre qui chassaient au dessus des champs alors qu'elles sont toutes (fenetre et cheminees) parties debut de demaine derniere de mon coin a ~ 35 km a l'ouest de Paris.
[..]

 

Contribution de herrou.fam, "inquiètude",

juste une question qui m'ennuie
j'ai comme tous les ans un nid d'hirondelles dans le garage.cette année elles ont fait leur portée habituelle de 4 bébés qui cette fois n'a eue aucune perte.Dans la foulée elle se sont empressées de faire un autre nid (enfin plutôt une coupelle)pour y pondre 4 nouveaux oeufs.ceci ont éclos le 27 juillet.d'après mes calculs les bébés devraient ètre opérationnel au vol pour le 17 aout. est-ce qu'il n'est pas trop tart pour se préparé pour le grand départ ?
rassuré moi .merçi d'avance.
jean pierre

 

Contribution de Cyrille DELIRY, "Hirondelle rousseline dans la Drôme : nidification 2003", 4 Jul 2003

J'ai enfin pris le temps après deux années sans contrôle de vérifier la station de nification de l'Hirondelle rousseline à Séderon (c'est loin de chez moi !!!).

Le nid est en place (1er juillet 2003), est intact et à mon avis restauré... des fientes sont présentes sous l'ouverture (elles sont récentes dans la mesure où le nid est sous un pont et que sous le pont coule un torrent temporaire qui nettoie les "déchets"). Des oiseaux sont donc venu cette année, mais il n'y en a pas d'autre trace de présence sur place, pas de jeune au nid par exemple. Vu la localisation, il est fort improbable que le nid ait été visité par une quelconque autre espèce.

A noter que c'est la troisième année où la présence de l'espèce est constatée sur le site et selon toute vraisemblance la cinquième année "de présence" : 1999 (1 couple, 1 jeune à l'envol - découvert par C .Farinelle - AVES Belgique ; contrôlé C.Deliry) 2000 (débris de coquille de Rousseline sous le nid ; C.Deliry) 2001 (non contrôlé) 2002 (non contrôlé) 2003 (fientes récentes sous le nid, vraisemblablement de Rousseline ; C.Deliry). J'ai cherché dans les gorges de l'Aygues mais sans indication précise, je n'ai pas trouvé le nid de Rousseline découvert cette année par C.Tessier. Salutations.

Cyrille DELIRY (Isère - Rhône-Alpes)
Histoires Naturelles du Grand Père Soulcie

 

Contribution de Geneviève, "Hirondelles / Pour que continuent de chanter les beaux mâles !!", 01/04/2003

Hier soir, j'ai vu ma première hirondelle rustique à Champigny s/Marne. Un beau mâle qui s'égosillait sur une antelle télé.
Du coup, j'ai eu une sorte d'intuition : prendre les devants.

Munie donc de ma doc hirondelles (LPO et ASPAS), je suis allée ce matin, sur le chemin du RER, voir le cafetier dont l'établissement s'enorgueilli de la plus belle colonie de Champigny : 14 nids, tous occupés depuis que je suis cette colonie.

Bien m'en a pris.

D'un air las, le cafetier me confie que c'était pour lui la dernière année qu'il supportait ça, et qu'il avait préparé le "karsher" (comment ça s'écrit ???????).

Je lui ai donc demandé un café, et nous avons discuté .......

La colonie est sauvée !!!

Je l'ai prévenu des risques qu'il prenait (amende et prison), que je passerai 2 fois par jour pour surveiller la reproduction et la bonne forme de la colonie et lui ai fait une proposition de pose de planchettes sous les nids pour protéger son store et ses clients.

Il est d'accord.... OUF...

Amicalement à tous.

Geneviève

Ah mais certainement. C'est le café des Sports de Champigny tout près de la Mairie. Evidemment, comme tous les lieux devant lesquels on passe tous les jours, on ne relève pas l'adresse. ... C'est ce que je ferai ce soir et vous la communique demain

Oui, souvent, il suffit de parler pour que les gens arrivent à s'entendre. Faire un pas l'un vers l'autre (moi ne niant pas son souci, lui, prêt à dicuter...), proposer des solutions simples et concrêtes...

[..deux jours plus tard..ndlr]

Merci pour cette idée de carte postale. Cela lui fera plaisir. Si vous souhaitez, comme l'a suggéré notre ami, aider les cafetiers à supporter quelques nids d'hirondelles sur leur façade, voici l'adresse de celui de Champigny :

Café des Sports
26 rue Louis Talamoni
94500 Champigny sur Marne

Son café est à l'angle de la rue Louis Talamoni et de la rue de l'Eglise (à visiter absolument : église romane du 12ème siècle, classée, un des derniers vestiges du vieux Champigny avant engloutissement sous la ZAC).

P.S. Deux autres colonies de Champigny avaient fait l'objet de destruction totale ou partielle les années passées.

Dans les deux cas, (évidemment l'épée dans le dos/ menaces de pousuites) nous avons pu obtenir la sauvegarde de la colonie moyennant la pose de planchettes. Une super mention pour l'OPAC HLM du Val de Marne qui a pris en charge la pose de planchettes sur l'un des sites. Un vrai succès. Et tout le monde est content.

 

Contribution de Cyrille DELIRY, "Re: Hirondelle de rivage", 17 Mar 2003

Dans un e-mail daté du 17/03/03 14:57:19 Paris, Madrid, vrufray@biotope.fr a écrit :

> Néanmoins dimanche matin, y'avait les 3 espèces sur le bassin de décantation
> de Mèze :
>     - 20 hirondelle de fenêtre
>     - 50 hirondelle rustique
>     - 3-4 H de rivage
> C'est bizarre !

Voici quelques messages que je vois çà et là sur l'étonnement du nombre d'Hirondelles de rivage pour l'instant.
Il s'agit de noter quelques rappels : les Hirondelles ont été identifiées en régression en Europe, cette régression est telle qu'il semble que rien que l'année 2002 donne des témoignages significatifs, l'une des plus sensibles est la rivage (celle-ci étant fluctuante bien souvent sur nos sites, régresse volontiers en Europe du Nord), voici deux hivers qu'on signale dans le secteur d'hivernage des témoins d'alarme (2001-2002 : pluies meurtrières en afrique ; 2002-2003 : un des sites majeurs d'hivernage concernant plus du milion d'individus est déserté, ce qui ne s'est jamais vu de mémoire d'homme, estimée à une centaine d'année).
Je crainds qu'on doive s'attendre à bien des surprises chez les trois espèces cette année 2003. Salutations.

Cyrille DELIRY (Isère - Rhône-Alpes)
Histoires Naturelles du Grand Père Soulcie

 

Contribution de Martin Windels, "Hirondelle rustique", 19 Oct 2002

Hirondelle rustique : 6 à 7 ex. en vol de chasse ce vendredi 18/10/2002-COMINES, centre ville, vers 18H30, temps couvert et pluvineux.
WINDELS Martin BELGIQUE - HAINAUT OCCIDENTAL -
Comines -
Ville frontière avec la FRANCE (Nord - Région LILLE - ARMENTIÈRES)
7780 COMINES, chaussée de Wervicq, 198 056/558895.

 

Contribution de Jean Marie FRENOUX , "Question migration hirondelle et martinet" , 26 Sep 2002

autour du 15 septembre la plupart des martinets sont partis de France (en tous cas pour ce qui concerne les régions du Nord). Par contre il reste beaucoup d'hirondelles, et ce jusqu'à mi-octobre. L'identification de l'hirondelle uniquement sur la présence de "filets" entraine de nombreuses confusions. En effet, seule l'hirondelle rustique mâle adulte possède des filets de taille conséquente. Les femelles ont des filets beaucoup plus courts alors que les jeunes n'en ont pas... Et, pour être complet, les autres espèces d'hirondelle (fenêtre, rivage et rochers) n'ont pas de filets... Il est donc fort probable que vous ayez effectivement observé des hirondelles...
En espérant avoir répondu en partie à la question

 

Contribution de Francis, "Oiseaux et architecture" , 25 Sep 2002

Suite au message relatif à une Hirondelle qui n'était pas encore partie en
  migration dans le Gard, je tiens à vous communiquer les informations
  suivantes :

  1) Il n'est pas rare dans le Sud de la France que des Hirondelles hivernent,
  c'est notamment le cas aux
  marais du Vigueirat en Camargue.

  2) Il y avait autrefois dans les fermes de l'Aubrac ce que l'on appelait "le trou de l'Hirondelle". 
  Dans le mur de l'écurie, un trou d'un diamètre de15 à
  20cm était taillé dans une pierre placée à environ 1,5m du sol pour
  permettre à l'oiseau d'aller et venir à sa guise.
  Certains s'efforcent maintenant de les déboucher lorsque des travaux sont
  effectués, ce qu'ont fait mes hôtes d'un soir, M. Mme Izard à Alpuech.

  3) Je sais aussi que certains architectes intègrent actuellement dans leurs
  constructions des nids en béton spécialement aménagés pour les Hirondelles.
  (information donnée par Gérard Gorry, Muséum d'Histoire Naturelle de Nîmes).

  Et, si l'on repensait notre architecture et notre façon de vivre ?
  Je sais, une éternelle idéaliste...

J'ai aussi entendu dire par mes grand parent que des hirondelles avaient passées l'hiver dans l'étable c'était en Charente Maritime il y à longtemps.
Aujourd'hui malgré le froid de ces matins j'ai encore vu des Hirodelles Rustiques sur la rivière Charente Francis La Rochelle 17

 

Contribution de Tristan , "Re: Hirondelle esseulée" , 19 Sep 2002

Les hirondelles traine dans le Sud de la France regulierement jusqu'en Novembre (J'en ai vu en migration dans le nord de l'angleterre jusqu'a fin Novembre et en East anglia en decembre) et il leur arrive d'hiverner sur le litorasl mediteraneen(surtout lors d'hivers dous)... Donc y'a plein de temps pour cette hirondelle de chem (je supose etant donne qu'elle niche en garage) et sa projeniture de se diriger vers des climat plus clement avant que les Temperatures ne deviennent intenable...

PS 1ere mauvis de l'automne hier sur mon "local patch" dans les pennines... L'hiver arrive!

Tristan "Froggy Birder"
Marsden, West yorkshire, GB

 

Contribution de Michel Kleinbaum , "hirondelles" , 15 Jul 2002

J'ai longtemps hésité avant d'écrire ce E-mail car l'oiseau en question, l' hirondelle à face blanche Thachycineta cyanoviridis (Violet-green Swallow)réside dans l'Ouest Americain, de l'Alaska au Mexique. Mais, comme il s'agit de comportement, cela intéressera peut-être Ornithologie. En juin dernier un membre de OBOL (Oregon birders on line) nous parlait d' une rencontre avec un agriculteur de ses amis. La conversation tourna aux oiseaux et au fait qu'une hirondelle nichait dans une de ses machines agricoles
Quelle ne fut sa surprise de voir que ce nid était, non pas dans une machine abandonnée, mais dans une machine utilisée journellement pour le travail.
Surprenant, le bruit et les cahots ne dérangeaient pas du tout l'hirondelle et, en plus elle revenait à un endroit différent chaque fois qu'elle partait chercher la nourriture des petits. Et cela depuis 3 ans.

Un autre OBOLien disait avoir lu qu'une hirondelle sp.nichait sur un ferry-boat et suivait le va et viens du bateau pour nourrir ses petits.

Michel Kleinbaum Salem, Oregon
Je pars, mercredi pour une conférence sur les papillons.
Observations a la jumelle, pas de filets, pas de captures mais beaucoup photos.

 

Contribution de p.r.legrand , "Re: Hirondelle de rivage" , 19 Feb 2002

La liste [Martinets-hirondelles]
http://fr.groups.yahoo.com/group/martinets-hirondelles propose pour la même espèce des liens vers d'autres sites :
http://fr.groups.yahoo.com/group/martinets-hirondelles/links/Hirondelle_de_rivage_000983828108/
(ou, plus simplement, depuis la page d'accueil de [Martinets-hirondelles], suivre "signets" puis "Hirondelle de rivage")
Pierre-René Legrand
Villeneuve d'Ascq (Nord), France

 

Contribution de jacqueline , "Question sur les hirondelles" , 26 Aug 2001

le site "oiseaux.libre.free.com" m'a beaucoup intéressée et est très bien fait mais n'a pu répondre à ma question et m'a donc donné votre adresse

une question sur les hirondelles :
j'habite en lisière de normandie entre Mantes et Evreux et j'ai remarqué que cette année les hirondelles sont reparties vers le 20 août au lieu de mi septembre et à chaque fois, cela me fiche le "bourdon" car je n'entends plus leurs gazouillis et je pense que l'automne et l'hiver vont vite arrivé.
N'est-pas très tôt ? leur départ en plein beau temps n'est il pas la conséquence de la pollution ?
merci jacqueline

 

Contribution de Antony , "Elles préparent déjà le départ..." , 3 Aug 2001

A Champigny S/M (94), une quarantaine d'Hirondelles de fenêtre volaient un peu partout. Vous allez me dire, "et alors ??"
Alors, ça veur dire qu'elles préparent déjà leur prochain départ pour la migration. En effet, tout ce confirme lorsqu'elles se sont mise sur les fils élèctriques, c'est le "grand rassemblement" comme on le dit !
Pourtant une dizaine exploraient encorent une avancée de mur, sans doute pour l'année prochaine je suppose, on pourrait traduire ça par une visite d'inspection. Quel spectacle que de voir les hirondelles s'envollées, se reposer, etc..., tout ça dans un mélange de cris sonores. Bientôt, ces belles demoiselles partiront pour quelques mois en Afrique, à quelque 10.000 Km de là, avant de recommencer ce qu'elles vont bientôt finir...
Mais avant, ils nous restent encore quelques semaines pour admirer tout ceci, alors il faut en profiter. Prennez votre belle paire de jumelles et observez, tout simplement !...
"Elles préparent déjà le départ..." Antony de JESUS - 94500 -
Champigny sur-marne - FRANCE

 

Contribution de Jacques Georges MICHEL, J.MICHEL@wanadoo.fr, "Re: hirondelles rivage", 6 Jul 2001

Pour améliorer les capacités de nidification il est possible d'augmenter les surfaces de falaises franches dans de sportitions de sable compact. Pour cela utiliser une bèche plate depuis le dessus du front de taille si cela est possible. Et réaliser ainsi de mini falaises.

 

Contribution de liza.person, liza.person@wanadoo.fr, "hirondelles rivage", 20 Jul 2001

En forêt de Ferrières (77), il y a une ancienne carrière dans laquelle des hirondelles des rivages avaient coutume de nicher. Cela faisait au moins deux ans qu'elles n'étaient pas revenues mais cette année, elles sont là. La végétation commence à prendre pas mal d'importance dans cette carrière, quelqu'un sait-il si pour qu'elles reviennent l'an prochain il peut être utile de dégager quelques coins ou encore de nettoyer les anciennes cavités... Peut-on favoriser leur nidification ici par quelque moyen que ce soit ? Merci de me faire part de vos expériences...

Autre chose, je suis en DESS d'édition et je fais un mémoire sur les guides d'identification naturaliste. Je cherche donc à connaitre l'avis du public sur ces guides et notamment sur les guides en ornitho. N'est-on pas en train d'innonder le marché avec des guides très incomplets perdant les débutants ? Pourquoi les clés d'identification ne sont-elles pas systématiques et plus attractives...
Je suis à l'affût de toutes les remarques sur ce type d'ouvrages afin de mieux comprendre la problématique. J'ai constitué un questionnaire (pas très long) et si cela vous intéresse de donner votre avis par son biais, n'hésitez à m'envoyer un mail à liza.person@wanadoo.fr.
Liza (Roissy-en-Brie, 77)

 

Contribution de Alexandre Goueffon, x1alegou@ulmo.stud.slu.se, "hirondelles", 11 May 2001

Premiere hirondelle (cheminee) hier a Uppsala, 30 km au nord de Stocholm

 

Contribution de pierre chico, p.chico@free.fr, "hirondelle et martinet", 25 Apr 2001

Première hirondelle locale sur ST-PRIEST ( banlieue sud-est de Lyon).
14-03-2001: premier martinet isolé local lieudit "le payet"20-04-2001 premier groupe de 12 martinets 24-04-2001 lieudit la "Fouillouse".

 

Contribution de pierre terran, terranpi@club-internet.fr, "Re: Martinets et Hirondelles enfin !! :-)", 24 Apr 2001

Il y a une hirondelle qui dort dans mon s/sol depuis le 7 avril.
D'habitude elles arrivent en couple.
Celle ci semble desesperement seule.
pierre terran (78)

 

Contribution de P. Renard, p.renard2@libertysurf.fr, "Hirondelle de rivage ??", 3 Apr 2001

Dans le Cher, un groupe de 8 individus à été vu sur les sablières de Vierzon (où l'espèce est nicheuse depuis au moins 4 ans) le 23 mars. Il y en a depuis sans discontinuer, mais la restauration des anciens terriers de nidification n'a apparemment pas encore débuté.

 

Contribution de Dominique LEMAIRE, dlemair@club-internet.fr, "hirondelles rustiques", 31 Mar 2001

premières hirondelles rustiques aujourd'hui près d'Epernay

 

contribution de Valerie Lacroix, lacroix.val@free.fr, "Hirondelles", 25 Mar 2001

Samedi 24 Mars : Premiere hirondelle rustique pres de Saint-Die dans les Vosges.

 

contribution de michele.corsange, michele.corsange@wanadoo.fr, "Alpilles : 1ère hirondelle rustique", 12 Mar 2001

Hier après-midi, Dimanche 11 Mars 2001, une véritable journée de printemps.
A La Caume dans les Alpilles (13),
- Première Hirondelle rustique [Hirundo rustica] (Swallow).
- Trois Hirondelles des rochers (Ptyonoprogne rupestris] (Crag Martin).
Michèle CORSANGE - 13200 - CAMARGUE

 

contribution de Cyrille DELIRY, Deliryc64@aol.com, "Isère : 1ères Hirondelles rustique ", 12 Mar 2001

Voici donc les premières à Courtenay (38), Nord de l'Isère le 8 mars 2001 :
1 Hirondelle rustique (Hirundo rustica),
1 Hirondlle de rivage (Riparia riparia)
à l'étang de Salette.
Cyrille DELIRY (38 - Morestel)

 

contribution de Danielle, lachevrue@.., "Re: Hirondelles, martinets ", 22 Feb 2001

nichoir spécial hirondelles de cheminée.

Si vous avez installé un nichoir Hirondelle de cheminée à l'extérieur, il est "normal" que d'autres oiseaux s'y soient installés ! ce type de nichoir s'installé en milieu fermé et abrité : grange, garage, grenier, cabane de jardin, voire même cave (chez ma mère, il y deux couples d'hirondelles de cheminée ou rustiques dans sa cave - elles entrent par le soupirail) mais en n'oubliant pas de laisser une ouverture !!!!

Si vous voulez des hirondelles de fenêtre, vous devez installer des nichoirs adéquats - voir Catalogue LPO) ou les fabriquer vous même (ai des plans) et surtout en installer plusieurs côte à côte - je dirais 2 planchettes de 2 si vous achetez à la LPO !
les poser à l'extérieur sous l'avant toit c'est parfait ! et prenez garde à ne pas vous casser la binette ou vous rompre le cou !
Danielle
La Chevrue - refuge LPO (Morienval - 60 - F)

 

Contribution de Anne Peltier, anne.peltier@wanadoo.fr, "Re: Hirondelles, martinets quel avenir ?", 21 Feb 2001

combien parmi vous accueille volontiers des hirondelles et/ou martinets

Il y a quelques années, au risque de se rompre le cou, mon père a installé, à plusieurs mètres de hauteur, un nichoir spécial hirondelles de cheminée. Depuis, le nichoir a accueilli durant plusieurs années un couple de gobemouches gris, puis des troglodytes, et enfin l'an dernier un couple de mésanges charbonnières. Pas une seule fois des hirondelles ne sont venues nicher chez nous.
Pas d'hirondelles donc, ni de martinets, mais nous plaidons non coupables!!!

 

Contribution de terran pierre, terranpi@club-internet.fr, "Re: [ORNITHO] Hirondelles, martinets quel avenir ?", 21 Feb 2001

Alors accrocher une planchette sous un nid devrait faire taire certaines critiques. (la planchette est à nettoyer chaque année ou à remplacer).

Ok pour la planchette, mais j'ai remarqué que si on la met au début de la construction, les oiseaux sont génés et vont construire un peu plus loin.
Personnellement je ne mets la planchette que lorsque les petits sont nés, c'est d'ailleurs seulement à partir de ce moment qu'elle est utile.

 

Contribution de Alexandre Gouëffon, x1alegou@ulmo.stud.slu.se, "Re: Hirondelles, martinets quel avenir ? ", 21 Feb 2001

D'autres problemes de fond existent qui peut expliquer leur declin ( contamination chimique des proies /insectes ,migration,... mais là c'est un autre débat general et de société )

Je comprend tres bien le probleme de la perte de l'habitat, mais pas celui de la perte des nids.

Tout le monde a deja vu des hirondelles renover un nid. Est-il ridicule de penser qu'elles peuvent aussi... en reconstruire? Le probleme persiste s'il s'agit d'une etable ou d'un batiment qui ferme sa porte, mais pour le cas d'une renovation de facade (sans pose de nichoir), quelles sont les consequences durable?

Comme de nourrire les mesanges en hivers, la pose de nichoirs ou la preparation de boues (là ou il n'y en a plus) facilitent la vie des hirondelles.

Mais les "problemes de fond" ne seraient-ils pas les premiers a considerer? Pour ma part, je connais l'exemple d'une ferme dans le loiret-45 (entouree de grandes cultures) ou le declin manifeste des hirondelles de cheminee comme de fenetre ne peut etre impute à l'habitat. Les nids sont là, accessibles, mais inoccupes.

Deuxieme question, pour elargir aux grands changements... Quel etait l'habitat des hirondelles de fenetre et cheminee avant que l'homme ne construise des maisons? (question de LA HULOTTE pour le permis d'entrer dans les bois)

 

commentaire de Nelly Boutinot , nboutinot@nordnet.fr, 21 Feb 2001 "Hirondelles, martinets quel avenir ? Enquête perfide !",

Lors de poses de nichoirs, celles de planchettes sous-jacentes évite que les déjections souillent le sol ou les voitures. L'ensemble nichoir/réceptacle des déjections est davantage admis que le nid.Lors de poses de nichoirs, celles de planchettes sous-jacentes évite que les déjections souillent le sol ou les voitures. L'ensemble nichoir/réceptacle des déjections est davantage admis que le nid. Alors accrocher une planchette sous un nid devrait faire taire certaines critiques. (la planchette est à nettoyer chaque année ou à remplacer).
--
Nelly Boutinot
Porte-parole du ROC - Directrice de la Communication
ROC - BP 261 - 02106 SAINT QUENTIN CEDEX
http://www.roc.asso.fr

 

Contribution de JEAN PAUL VIERON, jean.paul.vieron1@libertysurf.fr, "Re: Hirondelles, martinets quel avenir ? Enquête perfide !", 21 Feb 2001

tout a fait d'accord la dessus, sur la disparition de l'habitat et surtout du probleme que cela fait sale
il faut expliquer aux riverains que les hirondelles et les matinets sont des insectivores tres utiles et nécessaires aux equilibres naturels et les gens commencent a l'admettre.
Cela n'empeche pas la destruction de nids ,comme je l'ai constate a St Nazaire en Royans Drome ou on a dresse un PV pour destruction de nid d'hirondelle de fenetre.

L'immeuble ou j'habite et d'autre a cote ,recele encore des populations d'hirondelles de fenetre avec leurs nids suspendus .
Bien sur ,de temps en temps ,les locataires ralent pour les saletes mais en expliquant le role de ces infatigables insectivores , les gens realisent le pb et meme n'hesitent a me confier les jeunes tombes du toit pour tenter de les remettre au nid.
Bien sur,cela peut etre discutable cette methode ,mais elle a le mérite de sensibiliser les populations locales, qui ne retiennent par fois; que les effets négatifs ( notre fameux rapport avec la nature)
Par contre ,restaurer des facades ou des avancées de toit , avec des nichoirs, peut etre l'occasion de retablir l' habitat pour la reproduction et cela se fait assez bien maintenant ,
D'autres problemes de fond existent qui peut expliquer leur declin ( contamination chimique des proies /insectes ,migration,... mais là c'est un autre débat general et de société )
jean paul vieron 26 190 St Laurent en Royans

 

Contribution de olivier tourillon, olivier.tourillon@free.fr, "Hirondelles, martinets quel avenir ? Enquête perfide !", 2 Sep 1999

En effet, je pense aussi que l'hirondelle de fenêtre devait nicher dans les falaises, et niche encore dans les falaises ou sur de gros rochers.
Dans les hautes-alpes, par exemple, la montagne de Ceüse, qui est une immense falaise sur sa face ouest abrite encore une petite colonie d'hirondelles de fenêtre, accessible après une bonne heure de marche et 400 mètres de dénivellés. De même des lieux-dits rappellent les hirondelles : tel le rocher des hirondelles que l'on trouve sur les cartes IGN au 25000 ème (carte 3338 ouest). En effet ce rocher (en fait, un énorme bloc d'environ 5 mètres de haut, pour 15,20 de large) abrite encore des nids d'hirondelles de fenêtre.
Comme quoi, elles n'ont pas attendu l'homme ... ;-))

 

contribution de olivier tourillon, olivier.tourillon@free.fr, "Les premières hirondelles ... de rochers", 11 Sep 1999

Le printemps continue sa remontée, et ammène la première hirondelle de l'année (même si une hirondelle ne fait pas le printemps).
Cette après-midi donc sous un soleil radieu, une hirondelle de rochers au dessus du lac de Curbans - La Saulce (dans le sud des hautes-alpes).

Un peu de pub : suivez la migration et les obs sympa dans les hautes-alpes sur le site du CRAVE sur http://crave.free.fr, rubrique nos observations

 

Contribution de Patrice Delmotte, papydel@infonie.be, "Hirondelles hivernantes", 24 Dec 2000

Je suis nouveau sur la liste et viens seulement de faire la découverte de votre obs. sur les hirondelles. De quelle type d'hirondelle s'agit-il? D'après votre texte, ce n'est pas la première fois qu'un tel hivernage à lieu. J'en suis assez abasourdi!
Ceci dénoterait en effet un bouleversement assez considérable dans les habitudes migratrices de ces oiseaux qui ne peut -être dû qu'à un changement climatique malgré tout assez perceptible.
Merci de votre réponse!
Patrice Delmotte (Hainaut, Belgique).

 

Contribution de Cyrille Deliry, Deliryc64@aol.com, " Re: Hirondelles hivernantes", 24 Dec 2000

Dans un courrier daté du 24/12/00 09:45:24 Paris, Madrid, papydel@infonie.be a écrit :
Je suis nouveau sur la liste et viens seulement de faire la découverte de votre obs. sur les hirondelles. De quelle type d'hirondelle s'agit-il?
D'après votre texte, ce n'est pas la première fois qu'un tel hivernage à lieu. J'en suis assez abasourdi! Ceci dénoterait en effet un bouleversement assez considérable dans les habitudes migratrices de ces oiseaux qui ne peut -être dû qu'à un changement climatique malgré tout assez perceptible.

Comme j'ai pu le signaler précédemment, les cas d'hivernages complets concernent très exactement l'hiver 1981-82 : (DELIRY C., 1991 - Des hivernages complets d'Hirondelle de cheminée (Hirundo rustica) en Europe occidentale. - Apus melba, n°6 (revue du Groupe Ornithologique Savoyard)). Les cas ponctuels d'observation hivernale d'Hirondelle rustique (Hirundo rustica) s'ils sont exceptionnels, ne sont pas si rare que cela et on peut en découvrir en feuilletant les chroniques ornithologiques locales presque chaque année...

C'est seulement au début des années 1990 que j'ai pris conscience que l'espèce hivernait en Espagne, avec quelques observations au nord jusque dans le delta de l'Ebre (lieu où nous notions aussi du Guêpier d'Europe - Merops apiaster - et de la Guifette moustac - Chlidonias hybridus - à la fin du mois de décembre 1989). L'information commence d'entrer dans nos nouveaux guides ornithologiques : voyez le guide Ornitho ou la Concise edition du Hanbook. Le changement climatique peut y être pour quelque chose, mais des données en plein hiver d'Hirondelle rustique peuvent être trouvées dans les annales des années 1960 et 1970, sauf que par préjugés on n'accordait pas de crédit à de telles données... et que la pression d'observateur était moindre (données rares et honteuses !). Pour l'Espagne, je n'en sais rien, l'hivernage en tout cas existe bel et bien régulièrement au moins dans le sud du pays.
Salutations du Grand Père Soulcie.
Cyrille Deliry (Morestel - 38 / France)
Site du Grand Père Soulcie

 

contribution de Cyrille Deliry, Deliryc64@aol.com, "Re: Hirondelles rustiques.", 13 Dec 2000

Dans un courrier daté du 13/12/00 15:53:37 Paris, Madrid, TYRHU@net-up.com a écrit :
Dimanche 10 décembre, à l'occasion d'une opération concertée organisée par le Groupe Ornithologique Breton, nous fûmes quelques observateurs à constater la présence d'un groupe d'environ 25 hirondelles rustiques

Une affaire à suivre... en 1981-82 (date incertaine de mémoire), l'hivernage généralisé avait commencé de la même manière et à l'époque j'avais eu le loisir de confirmer un hivernage complet de 3 individus sur le secteur d'Annecy (74) qui rayonnaient sur une zone d'une 10aine de km, mais essentiellement concentrés sur moins d'un km autour de leur gîte qui était une ferme sur un coteau. Le même hiver, j'ai pu compiler plusieurs dizaines de données en Europe, mais faute de suivi, rares étaient celles qui permettaient de confirmer un hivernage complet.
Cyrille Deliry (Morestel - 38 / France)
Site du Grand Père Soulcie

 

contribution de TYRHU, TYRHU@net-up.com, "Hirondelles rustiques.", 13 Dec 2000

Dimanche 10 décembre, à l'occasion d'une opération concertée organisée par le Groupe Ornithologique Breton, nous fûmes quelques observateurs à constater la présence d'un groupe d'environ 25 hirondelles rustiques en lisière de la forêt de Villecartier, commune de Bazouges-la-Pérouse (Ille et Vilaine). La plupart de ces oiseaux semblaient être des juvéniles.
Toutes chassaient au sein d'un secteur restreint (p. - ê. 500 m de rayon) centré sur une stabulation avec tas d'ensilage et de fumier à proximité (quelques méchantes langues pourraient bien voir là le paysage typique breton). Cette observation complète des données tardives sur la côte morbihannaise et ce qui ressemble à un début de nouvel hivernage sur la côte nord finistérienne.
Difficile pour cette observation de Bazouges de savoir s'il s'agit là aussi d'un début d'hivernage, ou plus probablement de rétromigration due aux forts vents de sud véhiculant une douceur inhabituelle sur la Bretagne.
Jean-Luc Lemonnier
Morbihan.

 

contribution de JP PARIS, jpparis@mageos.com, "Re:_Mésanges_et_nichoirs", 10 Dec 2000

Petite remarque : je suis, avec un spécialiste, la nidification des hirondelles de rivages dans les carrière de l'IDF depuis quelques années. Dans le cas ou la colonie n'est pas détruite après la nidification les oiseaux y reviennent volontier une deuxième année. Le nombre de parasite y compris sur les adultes peut alors être important. En conséquence la troisième année les hirondelles désertent en grande partie le site. On demande donc expréssement au carrière de détruire les colonies à la fin de la nidification. Une autre remarque à propos du milieu naturel de cette espèce : les berges des fleuves sont normalement renouvellées par les crues de l'hiver dans le cas des fleuves non ammènagés !

Les mésanges, tout comme les hirondelles préfère un site sans parasite. Si vous avez la chance d'avoir des nichoirs occupés nettoyez les un minimum ! Dans le cas contraire c'est le meilleur moyen pour voir les oiseaux déserter le site.
JP PARIS
Idf Yvelines

 

contribution de Thierry Bara, thierrybara@hotmail.com, "Re: hirondelle de rochers", 15 Sep 2000

C'est Paul Isenmann qui recherchait ces informations pour un article qu'il a publié dans ALAUDA (volume 1 de l'année 2000). Coordonnées de Paul Isenmann :

Centre d'écologie fonctionnelle et évolutive
CNRS
1919 route de Mende
34293 MONTPELLIER CEDEX 5

 

réponse de daniel ventard, daniel.ventard@libertysurf.fr, "Re: hirondelle de rochers", 15 Sep 2000

Si un porche d'église est un milieu artificiel, je peux vous indiquer les nids...

 

question de aapnrc, aapnrc@wanadoo.fr, "hirondelle de rochers", 15 Sep 2000

Il y a quelques temps, nous avons reçu une demande d'information sur les cas de nidification de l'hirondelle de rochers en milieu artificiel. Je ne parviens pas à retrouver l'auteur de cette enquête ni ses coordonnées. Quelqu'un est-il au courant ?
Gilles Faggio
Groupe Ornithologique de Corse

 

contribution de Piel, JeanYves, JeanYves.Piel@fao.org, "Re: Hirondelle du desert", 19 Jun 2000

Comme le souligne Lucien, j'ai effectivement trouvé beaucoup de controverses, pour ne pas dire de contradictions dans la dénomination tant scientifique que vernaculaire des hirondelles du genre Ptyonoprogne/Hirundo, et de l'espèce Hirondelle du désert/isabelline.
Tout d'abord, un petit historique pour vous donner des précisions sur mon choix personnel (dans ces circonstances, il faut bien en faire un, ce qui ne signifie nullement qu'il ne soit pas contestable). Je passerai sur les ouvrages 'anciens' de Whymper, Shelley, Nicoll, Meinertzhagen et autres pour ne citer tout d'abord que l'ouvrage en langue française de Etchécopar & Hue qui mentionne l'espèce Ptyonoprogne obsoleta avec 3 sous-espèces possibles en Egypte.

Aujourd'hui, nous disposons :
1. Du fameux 'Guide ornithologique' qui est un très bon outil d'identification et qui a l'avantage d'être présenté sous un 'format de terrain' ; j'ai eu l'occasion de dire dans mes messages précédents que la cartographie révélait pourtant des imprécisions, pour ne pas dire des erreurs, au moins en ce qui concerne les marges sud-est du Paléarctique occidental. Ma conclusion est qu'il s'agit là d'un bon outil mais sûrement pas d'une bible.

2. Du 'Guide encyclopédique des oiseaux du Paléarctique occidental' de Beaman & Madge que je trouve beaucoup plus précis et plus fiable lorsqu'on en arrive à ce niveau de précision dans l'identification. Que mentionne cet ouvrage pour l'espèce Hirundo/Ptyonoprogne fuligula ? Il y a tout d'abord, comme le souligne Lucien, 2 noms de genre différents selon que l'on se réfère à l'index ou à la description de l'espèce. Il décrit ensuite 4 sous-espèces pour le Paléarctique occidental :
* P.f. obsoleta de l'Egypte au sud-ouest de l'Irak ;
* P.f. presaharica au nord-ouest du Sahara (Algérie, Maroc, Mauritanie) ;
* P.f. perpallida du nord-est de l'Arabie au sud de l'Irak ;
* P.f. spatzi du Tibesti au nord du Mali.

3. Enfin, de l'ouvrage en langue anglaise 'The Birds of Egypt' de Goodman/Meininger/Mullié/Baha el Din qui est pour moi la bible ornithologique pour les oiseaux de ce pays, écrit par quelques-uns des spécialistes les plus expérimentés des oiseaux au Proche Orient. Cet ouvrage mentionne l'espèce Ptyonoprogne obsoleta (Pale Crag Martin) avec deux sous-espèces : (1) la sous-espèce nominale présente dans la moyenne et la haute vallée du Nil ainsi qu'au sud-est du Sinaï, et (2) la sous-espèce arabica qui pourrait être observée sur l'extrême frange méridionale du pays.

Avec tout cela, il a donc fallu faire un choix. Je me refuse personnellement à inclure cet oiseau dans le genre Hirundo, ne serait-ce que du point de vue de sa morphologie, sauf si j'arrive à trouver des clefs logiques de classification scientifique (c'est une remarque que j'estime aussi valable pour l'espèce Hirundo/Ptyonoprogne rupestris Hirondelle des rochers). Ensuite, utiliser le terme isabelline pour un oiseau dont la couleur varie du gris anthracite au gris souris pâle, sans aucune nuance de beige, sable ou d'une quelconque trace de cette nuance isabelle que l'on trouve chez beaucoup d'oiseaux des espèces désertiques, me paraît relever de l'usurpation.

Vient enfin le problème sa répartition aujourd'hui en Egypte. Je ne prétends pas connaître parfaitement ce pays, mais j'ai quand même parcouru les étendues désertiques en long, en large et en travers (140.000 km en moins de 5 ans) et j'ai pu me rendre compte que l'oiseau qui nous intéresse ici est plus que rarissime au nord de la latitude d'Hurghada (Désert oriental et vallée du Nil) et qu'il est également limité à l'extrême frange sud-est du Sinaï.

Je ne veux absolument pas apporter ici une réponse au problème posé mais simplement tenter une explication sur mon choix. Je suis évidemment très intéressé d'avoir d'autres éclaircissements sur ce genre.

 

contribution de Lucien GUES, lgues@nordnet.fr, "Re: La migration en Egypte - VI", 15 Jun 2000

La dénomination scientifique de ces hirondelles est pour le moins controversée si je m'en réfère à plusieurs ouvrages récents :

Dans le GEOPO, l'Hirondelle isabelline a pour synonyme l'Hirondelle du désert. Mais ce même GEOPO donne deux noms de genres différents : alors que dans la description de l'espèce, on parle de Ptyonoprogne fuligula, dans l'index en fin d'ouvrage, il faut lire Hirundo fuligula ! De même pour l'Hirondelle des rochers, nommée Ptyonoprogne rupestris dans la description et Hirundo rupestris dans l'index. De quoi y perdre son latin.

Dans Hirondelles et Arondes du monde entier, Hirundo fuligula est l'Hirondelle du Kaffir et elle est décomposée en 13 sous-espèces, dont Hirundo fuligula obsoleta, ssp nordique nommée Hirondelle du désert dont on précise qu'elle forme certainement une espèce à part entière, Hirundo obsoleta.

Vous me suivez ? Alors, je continue... Les Hirondelles du Kaffir sont les représentants africains de la super-espèce des Hirondelles de rocher, qui comprend l'Hirondelle de rocher européenne et l'Hirondelle concolore de l'Inde.

Donc l'Hirondelle du Kaffir qui est l'Hirondelle du désert dans sa race ou dans son espèce obsoleta est voisine à la fois de l'Hirondelle isabelline et de l'Hirondelle de rocher.

Ah oui, Ptyonoprogne obsoleta ou Hirundo fuligula obsoleta ou Hirundo obsoleta vit au Nord-est de l'Afrique, confinée à la Basse-Egypte sur la rive droite du Nil dans la région du Caire et les hauteurs proches de Moqattam, selon Hirondelles et Arondes du monde entier (Angela Turner).

D'autre part, Serge Dumont a raison de signaler que d'après la Commission internationale des noms français d'oiseaux, Hirundo obsoleta (Ptyoprogne obsoleta) est l'Hirondelle du désert et que Hirundo fuligula est l'Hirondelle isabelline. Bon, cette dernière est dénommée Ptyonoprogne fuligula dans le Guide Ornitho, mais on ne va pas faire dans le compliqué.

L'harmonisation des genres et des espèces, c'est pour quand ?

 

contribution de Serge Dumont, , "Re: La migration en Egypte", 15 Jun 2000

selon la Commission internationale des noms francais des oiseaux;
Hirondelle du desert (Hirundo obsoleta)
Hirondelle isabelline (Hirundo fuligula) (aussi parfois denomme Hirondelle du desert)
Il semble donc qu'il s'agisse bien de l'Hirondelle du desert selon le nom latin donne par Pierre-Yves.

 

contribution de Emmanuel Roy , manu@earthling.net, " Réf. :La migration en Egypte - VI", 15 Jun 2000

Hirondelle isabelline = Hirondelle du désert non ?

 

contribution de Pascal Aleixandre, pascal.aleixandre@bechamail.com, "Réf. : La migration en Egypte - VI", 15 Jun 2000

Le 14/06/2000, Jean Yves Piel a écrit:
> ...
> 34. Hirondelle de désert Ptyonoprogne obsoleta obsoleta

A plusieurs reprises, à propos de ses observations en Egypte, Jean-Yves Piel parle de l'Hirondelle de désert. J'ai consulté le Guide Ornitho, il n'est absolument pas fait mention de cette espèce, ni comme espèce de la région (Europe, Moyen-Orient, Afrique du Nord), ni comme occasionnel ou occasionnel rare.

Quelle est la zone de répartition de cette espèce ? Est-elle apparentée à l'Hirondelle de rochers ou à l'Hirondelle isabelline ?

 

contribution de daniel VENTARD, daniel.ventard@libertysurf.fr, "Re: hirondelles orphelines", 12 Jun 2000

il est possible de les y remettre ou de les élever ? J'aimerai pas arriver un jour et trouver un de ses petits oiseaux piétiné....

Tu peux sans problèmes remettre l'oisillon dans son nid... ou dans un autre ! L'hirundo rustica ne fera pas de différence ! J'ai vu une fois une petite hirondelle de fenêtre placée dans un nid d'hirondelles de cheminée, et élevée par les adultes.

 

contribution de Lucien GUES, lgues@nordnet.fr, "Re: Hirondelles et chevaux", 10 Jun 2000

il est possible de les y remettre ou de les élever ? J'aimerai pas arriver un jour et trouver un de ses petits oiseaux piétiné....

La question que je me pose avant de prendre une décision est de savoir pourquoi l'oisillon est tombé du nid.

Quand c'est un oiseau trop jeune, sans plume, je préfère croire que les parents sentent que leur rejeton n'est pas viable et je laisse faire la nature.

S'il s'agit d'une chute accidentelle (c'est parfois très difficile à déterminer) et que l'oisillon semble très vif, je suis enclin à le remettre dans le nid en l'absence des parents.

S'il est couvert de parasites, je ne le remets pas au nid, et suivant les cas, j'essaie de le soigner en le gardant dans un carton (comme l'année dernière pour un Martinet noir que j'ai pu soigner et remettre en liberté deux semaines plus tard) ou je le confie à un centre de soins.

S'il a par exemple les yeux gonflés, s'il est tant faible qu'il en devient froid, je mets fin à son agonie.

Dans la plupart des cas, il est dangereux de remettre un oisillon dans le nid, car cela met en péril la vie de toute la nichée.

Mais c'est un avis qui n'engage que moi.

 

contribution de Arnaud GEA, arnaud.gea@wanadoo.fr, "Hirondelles et chevaux", 10 Jun 2000

Au centre équestre où je vais régulièrement, des hirondelles ont niché dans quasiment chaque boxe.
C'est très sympa, d'autant qu'elle ne sont craintives ni avec les chevaux ni avec les cavaliers !
En plus, les nids n'ont pas tous le même âge, et si certains oiseaux sont nés avant-hier, d'autres ont déjà tenté leurs premiers vols.

J'ai quand-même une question : les nichoirs avec des oisillons âgés ne comportent que 3 oiseaux au maximum, alors que les derniers nés sont à peu près 5-6 par nid ; est-ce que, s'ils tombent du nid (les boxes sont recouverts de litière de lin, c'est donc relativement souple), il est possible de les y remettre ou de les élever ? J'aimerai pas arriver un jour et trouver un de ses petits oiseaux piétiné....
En tous cas, le spectacle des parents venant donner la béquée à ces morfals vaut vraiment le détour !

 

contribution de Patrick duBus, P.dubus@cofidis.be, "RE:hirondelles en Belgique", April 19, 2000

une remarquable étude sur le statut des hirondelles en Région flamande a été réalisée en 1996 par l'association de Wielewaal ( le loriot en néerlandais).

outre quantité de données sur les lieux de nidification, l'évolution des populations depuis les années 60...il y a aussi des informations sur les dates habituelles ou extrêmes de retour de ces oiseaux ( particulièrement pour l'hirondelle de cheminée )

En Flandre, on constate que les dates moyennes de retour se situent entre le 5 et 24 avril et que le long de la bande du littoral, les dates de retour sont plus tardives qu'à l'intérieur du pays ; il s'agit évidemment des retour dans les fermes , et non d'observation en migration active le long de la mer !

j'ai remarqué personnellement que vers la mi-avril, j'observais très peu d'hirondelle en migration active le long de la côte belge.

par contre, vers la fin avril, début mai, des centaines ou plus par jour !! : mon impression est que ces hirondelles observées nichent bien plus au nord ( scandinavie ) où leur retour sur place est noté plus tardivement ( mai )

Ton avis ou celui des autres

 

contribution de Franco Barbusca , francobarbu@yahoo.fr, "hirondelles en Belgique", April 19, 2000

Comme beaucoup d'autres, je fais part de mes premières observations d'hirondelles (site : dunes de Blankenberge - Belgique) :

A propos, ces dates me parraissent bien tardives par rapport à celles r apportées par les observateurs français ; cela peut-il s'expliquer par ma situation plus septentrionale ou dois-je faire vérifier mes optiques ?

 

contribution de pierre terran, terranpi@club-internet.fr, "le printemps", 10 Apr 2000

J'ai aperçu les premières hirondelles (rustique) de l'année Dimanche (9 avril). Aussitôt j'ai démonté une vitre de la porte du garage, le soir même, un couple y a dormi, il y dort encore ce soir (lundi).
Ce soir également (lundi 10 avril), j'ai entendu le premier coucou.
pierre terran (78 Choisel)

 

contribution de Giroud Marc, le_juv2@caramail.com, "RE : Hirondelles et planètes", 7 Apr 2000

Pour ce qui est des Hirondelles du Jura :
- première rustique le 4 mars à Desnes.
- premières H. de fenêtre le 1er avril à Commenailles.
- premières H. de rivage le 1er avril à Les Deux-Fays.

Pour ce qui est de la Franche-Comté, les première rustique ont été notées le 2 mars (pourtant, avec ma date je comptais bien être le premier cette année !!) les deux autres espèces (fenêtre et rivage) ont été observées fin mars, mais pour la date je sais pas (contacté le GNFC).

Enfin, l'H. de rocher est normalement présente depuis la fin février/début mars... mais j'en sais pas plus pour cette année ! Sur la Bresse, cette dernière est une apparitioin tout à fait épisodique et rare (toujours isolé) : spetembre 96, mai 97, mars 98.

 

Nouvelle contribution, " Hirondelles et planètes", 06 Apr 2000

Ici le ciel est nuageux, on ne peut pas voir la conjonction des 4 planètes. J'espère que chez vous c'est mieux...

Mardi (4 avril) en fin d'après-midi, mes trois premières hirondelles rustiques. Avez vous des infos sur leur première apparition en Franche-comté? Et dans le Jura en particulier?
Jura

 

contribution de Geneviève Perello, gperello@free.fr, "hirondelles", 02 Apr 2000

Aujourd'hui dans la réserve naturelle du Val d'Allier près Bessay, (bourbonnais, Allier , 03) mes premières hirondelles rustiques (Hirundo rustica : facile). Soleil, moustiquos, bourdons, papillos blancs, lulus, cul blanc qui va vite bronzer, et un vent terrible à emporter toutes les Mary Poppins et les poissons volants (en l'occurence deux sur place).

10 h de voyage (en train) plus bas :
Les Hirondelles rustiques sont arrivées aussi ce même jour à Villeneuve près St-Gaudens (Comminges, Hte Garonne, 31). Dans ce même lieu aussi la première Huppe - pas trop difficile : Upupa epops (c'est quoi ça "epops" ? corn ?) - qui depuis ce matin cherche à faire son trou. Elle doit préparer la venue de sa compagne.
Ah le printemps !

 

contribution de Michel Prévost, , "Hirondelles", 15 Mar 2000

 

contribution de Michel Gauthier-Clerc, Michel.Gauthier-Clerc@c-strasbourg.fr, "Hirondelles", 15 Mar 2000

D'autres hirondelles sont-elles visibles actuellement?

 

contribution de Pierre Marchand, , "Hirondelles", 15 Mar 2000

Je réalise que nous sommes le 15 mars et que le printemps s'avance. Voici les mentions d'hirondelles rapportées ici-même, ces derniers jours.

D'autres hirondelles sont-elles visibles actuellement?

 

contribution de Grégory Juppet, juppet@epi.roazhon.inra.fr, "Observations d'Hirondelles", 02 Mar 2000

Mercredi après-midi, observations de 9 Hirondelles de rivage sur un étang à ~35 kms à l'ouest de Rennes (Ille-et-Vilaine).

C'est pas le printemps mais on en est pt' être pas loin !
Grégory Juppet
Rennes

 

contribution de Renan Levaillant , RLevaillan@aol.com, "Hirondelles et orage...", 11 Dec 1999

Le comportement des hirondelles et martinets a fait l'objet d'intéressants échanges sur Ornithologie, l'été dernier. Ce mois-ci, le site La Plume vous propose quelques éléments d'analyse du comportement des hirondelles avant l'orage.
L'article se trouve dans la rubrique Divers, à l'adresse :
http://members.aol.com/rlevaillan
et s'intitule "Pourquoi l'hirondelle vole-t-elle bas avant l'orage ?"

En résumé : l'influence de la météo spécifique au front orageux sur les concentrations d'insectes au ras du sol peut expliquer cette observation, mais il y a des coïncidences dont il faut se méfier...

 

contribution de laval roy, lavar@videotron.ca, "Hirondelles et antennes", 12 Sep 1999

Dans certaines plaines de France où toutes les haies et tous les arbres qui offraient des perchoirs ont été éliminés, on a placé de vulgaires poteaux pas très élevés pour que la Buse variable (Buteo buteo) puisse à nouveau chasser en ces lieux. C'est à ce genre de situation que je pensais.

Je suis tout à fait d'accord avec toi quand il s'agit de rapaces, car ces derniers utilisent souvent des points plus élevés comme perchoirs pour scruter les environs. On n'a qu'à penser aux strigidés qui chassent le jour comme le Harfang des neiges (Nyctea scandiaca), la Chouette épervière (Surnia ulula) et la Chouette lapone (Strix nebulosa). Et les buses, des genres buteo ou parabuteo qui chassent en milieux ouverts, adoptent aussi cette stratégie. Ce sont ces espèces que l'on repère le plus facilement alors qu'ils sont perchés dans de grands arbres isolés dans les champs ou sur des poteaux de téléphone ou sur les fils électriques en bordure de chemin.

Au Québec, nous avons malheureusement assisté, au cours des 40 dernières années, à la disparition progressive de cet hybride passereau/rapace qu'est la Pie-grièche migratrice (Lanius ludovicianus). Cette espèce n'est pratiquement plus observée dans la belle province. Une ou deux mentions au printemps et à l'automne, sans plus. Les 2 dernières preuves de nidification "officialisées" remontent à 1989.

Voici ce qu'en dit "L'Atlas des Oiseaux Nicheurs du Québec Méridional":

____________
La survie de la pie-grièche est précaire dans plusieurs régions d'Amérique du Nord: l'espèce est menacéede disparition dans différents États du centre-ouest et de l'est des États-Unis (Hass, 1987;Luukkonen,1987), tandis qu'au Canada, la population des Prairies (race Lanius ludovicianus excubitorides) a été déclarée "menacée"; de plus, celle de l'est du pays (race Lanius ludovicianus migrans) est "en danger de disparition" selon le Comité sur le statut des espèces meancées de disparition au Canada (Cadman, 1986,1990). Elle hiverne depuis le milieu des États-Unis jusqu'au sud du Mexique (Godfrey,1986).
____________

Le facteur numéro un ayant contribué à sa disparition est carrément la destruction d'habitat. L'agriculteur moderne ne tolère plus aucun arbuste non productif sur ses terres. Tous ces arbustes qui séparaient les champs naguère ont été coupés. J'ai été le témoin privilégié de la destruction de la dernière concentration d'aubépines dans la région (i.e. sur le territoire de mon défi 30 km). En mai 1987, j'avais repéré un nid et mon frère Clodin, qui est peintre animalier, avait suivi l'évolution du nid presque au jour le jour. Les 2 jeunes qui ont éclos se sont également rendus à l'étape de l'envol. J'avais avisé le cultivateur de la présence de l'espèce, de la précarité de son statut. Le Service Canadien de la Faune lui avait même écrit une lettre pour confirmer mes dires. Le cultivateur a accepté de retarder la coupe à blanc de cette section pour la période où les jeunes seraient encore au nid, mais, après, ce serait sans appel. Ses vaches en pâturage se blessaient contre les épines. À l'automne, tout fût rasé. Je n'ai jamais eu la chance de remettre ma jumelle sur cette espèce depuis lors.

Ce qui m'amène a compter cette aventure est justement le fait que cette espèce s'observe alors qu'elle est perchée très ostensiblement au sommet d'un arbuste. Il y a quelques années, j'ai lu un article dans le Birdwatcher's Digest relatant la tentative de placer des perchoirs artificiels dans les lieux où la pie-grièche se tenaient avant. Cette expérience s'est faite dans le nord-est des USA, si ma mémoire est bonne. J'ai essayé de retracer l'article, mais sans succès. Et l'expérience n'a pas connu plus de succès que moi d'ailleurs.

Est-ce que c'est la même chose pour vous en Europe, ou ailleurs dans le monde, pour les laniidés ? J'aimerais en entendre parler.

 

contribution de Gerard Joannes, g.joannes@ac-nancy-metz.fr, "Hirondelles et antennes", 11 Sep 1999

soyons logique... les hirondelles, (comme les tourterelles) vivaient certainement aussi bien, et sans doute mieux, avant ... l'invention de la télévision ;-))... je ne pense pas que la disparition des antennes TV (ou d'autres "perchoirs" artificiels) aient pu influencer de manière notable sur l'avifaune urbaine...

le principal facteur de diminution de la population d'hirondelle en ville est ... l'absence de boue, nécessaire à la construction des nids, ainsi que - vraisemblablement (mais cela resterait à vérifier) - l'usage de plus en plus répendus de corniches en matériaux plastiques sous lesquels les nids d'hirondelles ne s'accrochent plus.

Tout à fait d'accord. Je ne pensais pas aux hirondelles en particulier, mais plutôt à des oiseaux comme la Tourterelle turque (Streptopelia decaocto), Collared Dove qui est venue en France dans les années 1950, me semble-t-il, c'est-à-dire relativement récemment et en même temps que toutes ces antennes de Télé.
Je me suis dit que ces antennes de TV ont peut-être pu faciliter l'installation de certains oiseaux en leur offrant de beaux perchoirs et que s'ils deviennent moins nombreux cela pourrait avoir une influence sur la population urbaine de certaines espèces car un territoire comportant moins de postes de chant et sûrement un peu moins attractif pour les oiseaux, toutes choses étant égales par ailleurs.
Autour de ma maison, les antennes de télé classiques servent régulièrement de postes de chant pour le Rougequeue à front blanc (Phoenicurus phoenicurus), Common redstart, le Serin cini (Serinus serinus), European Serin, le Verdier d'Europe (Carduelis chloris), European Greenfinch, et la Tourterelle turque . Depuis quelque temps il y a même un Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) qui vient de se percher sur une de ces antennes par exemple. En ce qui concerne cette espèce, le cas ne s'est quand même pas produit très fréquemment.

Dans certaines plaines de France où toutes les haies et tous les arbres qui offraient des perchoirs ont été éliminés, on a placé de vulgaires poteaux pas très élevés pour que la Buse variable (Buteo buteo) puisse à nouveau chasser en ces lieux. C'est à ce genre de situation que je pensais.

.

 

commentaire de Rafael, "RE Hirondelles et antennes", 11 Sep 1999

Citons également les fils téléphones et EDF, qui sont en train d'être enterrés (mais personnellement je préfère ça).

 

réponse de Patrice Deramaix, patrice.deramaix@euronet.be, "RE Hirondelles et antennes", 10 Sep 1999

Le remplacement des antennes classiques par des paraboles a suscité une interrogation en moi. Dans quelle mesure cette diminution de perchoirs pratiques affecte-t-elle la fréquentation de certains oiseaux en milieu urbain ? J'ai cru remarquer qu'il y avait moins de Tourterelles turques (Streptopelia decaocto), Collared Doves dans mon quartier par exemple depuis quelques années. Qu'en pensez-vous ?
Gérard Joannès

soyons logique... les hirondelles, (comme les tourterelles) vivaient certainement aussi bien, et sans doute mieux, avant ... l'invention de la télévision ;-))... je ne pense pas que la disparition des antennes TV (ou d'autres "perchoirs" artificiels) aient pu influencer de manière notable sur l'avifaune urbaine...

le principal facteur de diminution de la population d'hirondelle en ville est ... l'absence de boue, nécessaire à la construction des nids, ainsi que - vraisemblablement (mais cela resterait à vérifier) - l'usage de plus en plus répendus de corniches en matériaux plastiques sous lesquels les nids d'hirondelles ne s'accrochent plus.

 

question de Gerard Joannes, g.joannes@ac-nancy-metz.fr, "Hirondelles et antennes", 10 Sep 1999

J'ai vu une douzaine d'Hirondelles rustiques (Hirundo rustica), Barn Swallows sur une des rares antennes de TV classiques qui restent encore dans mon quartier. L'une d'elles était un individu leucique : une belle plage blanche au niveau des scapulaires.

Le remplacement des antennes classiques par des paraboles a suscité une interrogation en moi. Dans quelle mesure cette diminution de perchoirs pratiques affecte-t-elle la fréquentation de certains oiseaux en milieu urbain ? J'ai cru remarquer qu'il y avait moins de Tourterelles turques (Streptopelia decaocto), Collared Doves dans mon quartier par exemple depuis quelques années. Qu'en pensez-vous ?

 

question de atrick duBus <P.dubus@cofidis.be>, "hirondelles de cheminée capricieuses ou trop jeunes?", 17 mai 1999

Un couple d'hirondelles de cheminée s'est installé chez moi depuis le 2/3 mai.( Belgique/ Frasnes )

Il a visité successivement 4 endroits possibles ( étable, remise,...) pour construire son nid ( ou restaurer un ancien nid) en y passant chaque fois quelques nuits, mais sans jamais entamer véritablement la construction du nid, se limitant à apporter quelques bouchées de terre mais abandonnant rapidement ....

Actuellement, le couple n'est pratiquement pas visible la journée et revient seulement le soir ( entre 21H00 et 22h00 ) prendre le gîte..., comme à l'hôtel !

Question : un couple inexpérimenté ?, trop jeune ?, d'autres raisons : absence d'un stimulus quelconque..?

Votre avis ?

 

réponse de didier.vieuxtemps@marche.be, "Re:hirondelles de cheminée", 23 avril 1999

En Belgique (Famenne), seulement 10% des hirondelles de cheminée sont de retour sur leur site de nidification en ferme.

Tout est en retard, depuis 15 jours,c'est le status quo, plus rien ne rentre: les rossignols, locustelles, rougequeue à front blanc, coucou, fauvettes sont encore peu nombreux.

De même, la migration est bloquée: il n'y a aucun passage de traquets et bergeronnettes printanières dans ma région.

Pourtant de part ma profession(agronome de terrain), je suis tous les jours dehors.

 

réponse de "Cyril Schonbachler" <troglodyte@bluewin.ch>, "Re: hirondelles de cheminée", 21 avril 1999

Il y a actuellement dans la région lémaniques de grosses concentrations d'Hirondelles de cheminée : qq. 100e ce matin à Excenevex, des 100e aux Grangettes et à Préverenges lundi. Elles sont visiblement bloquées par la pluie et le mauvais temps.

Quant à savoir si elles vont continuer beaucoup plus au nord ou rester en Suisse, je ne m'aventurerai pas trop...

Bonnes obs à tous
Cyril Schönbächler, Genève

 

question de Patrick duBus <P.dubus@cofidis.be>, "hirondelles de cheminée", 21 avril

Peut-on considérer qu'actuellement dans le "nord" ( Nord de la France, Belgique ) toutes les hirondelles de cheminée ( rustica ) sont arrivées ( soit sur leur lieu d'installation, soit sur des lieux plus propices pour la nourriture : plans d'eau ), ou bien un partie de nos hirondelles de cheminée restent encore "bloquée" au sud et attent une météo meilleure pour remonter ?

Votre avis ? 

 

contribution de didier.vieuxtemps@marche.be, "neige et hirondelles", 15 avril 1999

Ce 15 avril, j'ai relevé un manteau neigeux de 12 cm dans ma pelouse à Marche en Famenne (Belgique).

Du jamais vu de ma mémoire.

Dans ces conditions extrêmes, les hirondelles de cheminée, de fenêtre et de rivage se sont rassemblées par centaine sur la rivière Ourthe pour chasser des insectes introuvables.

Plusieurs cadavres étaient déjà sur les berges.

Et dire que les météos annonce -4 pour cette nuit!

Il n'y a plus de saison.

Didier Vieuxtemps

 

contribution de "Francis Desjardins" <fdesjard@club-internet.fr>, "Une hirondelle fait-elle le printemps le 21 mars?", 21 mars 1999

Au sud de Reims, ce jour, observation de 3 hirondelles de rivage.

 

contribution de "Michel.Devroux" <Michel.Devroux@wanadoo.fr>, "les hirund... elles sont de retour", 17 mars 1999

Deux hirondelles de fenetre (delichon urbica) le 15 03 99 à 10 minutes d'Avignon.

 

contribution de Frederic MALHER <FredMalher@compuserve.com>, "Des nouvelles des migrateurs à Paris et R.P.", 5 octobre 1998

Comme je le présumais, on n'en avait pas terminé avec les hirondelles à Paris et R.P. : lundi 28/9 une 20aine d'H.de fenêtre et une H.de cheminée au parc de la Courneuve ; le 1 et 2 /10, 2-3 H.de fenêtre à la Villette ; le 5/10 (ce matin) un petit groupe de 5 H. de fenêtre au moins (assez haut) à la Courneuve...

 

contribution de Frederic MALHER <FredMalher@compuserve.com>, "Dernières (?) nouvelles des Hir. de fenêtre", 27 septembre 1998

Les derniers jeunes se sont envolés le 24/9 de la colonie de la Grande Halle de la Villette et il y avait encore une petite troupe ce matin 27/09 au parc des Buttes-Chaumont .

 

contribution de Jean-Yves.Baudais@insa-rennes.fr (Jean-Yves BAUDAIS), 25 septembre 1998

Bonjour,

Encore deux hirondelles des fenetres a Chace, pres de Saumur.

 

contribution de Dominique Vallet <dominique.vallet@univ-rennes1.fr>, "plus de 1500 hirondelles", 16 et 17 septembre 1998

Quel spectacle ce matin devant ma fenetre (à 45 km ouest de Rennes), un ballet de 1500 à 1600 hirondelles de cheminée. Du style je me pose sur les fils électriques, toilette, je décolle, je me repose... pendant plus d'une heure.

J'ai pris une photo pour faire le comptage. A 8h45 gros envol directement vers le Sud Ouest : est-ce un vrai départ ?

J'ai eu le meme spectacle le 3 ou 4 septembre, mais il n'y avait que 900 à 1000 à hirondelles de cheminée.

Curieusement, hier soir, c'était environ 400 hirondelles de cheminée qui occupaient "mes" fils électriques et se posaient sur ma toiture (ardoise).

Or ce matin, pas une hirondelle de fenêtre !

Commentaires bien venus

Dom.V

réponse de Jean-Yves.Baudais@insa-rennes.fr (Jean-Yves BAUDAIS), "Re: re hirondelles", 26 juin 1998

L'utilisation des insecticides n'est une donnee nouvelle. Il y a pas mal d'annees que, entre autre, les agriculteurs utilisent les MEMES produits, de facon plus ou moins intempestive (polemique tres delicate que celle de la quantification). Il est aussi clair que ces produits ne sont pas inoffensifs pour les mangeurs d'insectes.

DONC : il serait interessant de savoir s'il y a une baisse constante (ou une baisse tout simplement) du nombre d'insectivores, surtout hirondelles et martinets depuis environ 10 ans, pour etablir une correlation entre insecticide et diminution de la frequentation de ces insectivores. Si c'est le cas, voila un bon argumentaire pour partir en guerre contre ces insecticides.

 

réponse de devroux <Michel.Devroux@wanadoo.fr>, "re: hirondelles", 25 juin 1998

Voici les jours de mistral enregistrés (le matin sur ma terrasse) au mois de mars 98:

fevrier: 5-17-23-24-25
mars: 9-10-12-13-14-15-16-17-18-19-20-21-24-25
avril: aucun

Comme vous pouvez le voir le mois de mars a été terrible, avec qui plus est un mistral etonnement violent. Certains jours j'avais l'impression que ma maison (pres d'Avignon) était dans une soufflerie...

Cela correspond au moment de migration des hirondelles vers l'Europe, et je pense qu'un vent aussi violent a du en bousculer un bon nombre dans la mer, comme en témoignent certains marins de méditerranée qui disent voir parfois des centaines d'oiseaux se poser épuisés sur leurs bateaux.

Cela n'explique pas tout, il y a aussi les insecticides, mais je n'ai pas de données là-dessus...

 

réponse de Sylvain Henaff <henaff@tonton.univ-angers.fr>, "Re: Hirondelles", 25 juin 1998

Il me semble avoir lu quelque part que les populations d'hirondelles en un lieu donné était souvent très fluctuantes mais que bon an mal an et à une échelle géographique plus vaste, elles restaient stables.

D'ailleurs, le programme STOC (Suivi Temporel d'Oiseaux Communs ?) a été mis en place pour répondre à ce genre de question (mais je ne sais si il concerne les hirondelles).

 

réponse de Volet Bernard <VoletB@orninst.ch>, "Hirondelles", 24 juin 1998

>Plusieurs personnes me font part, en region parisienne (Meudon) et en Cote
>d'Or ( Chatillonais), d'une rarefaction des hirondelles cette annee.
>Qu'en est-il chez vous ?

>Philippe Naudinot
>78280 Guyancourt

--------------------------

> comme Philippe Naudinot a Meudon, nous observons une rarefaction des
> hirondelles a Lannion, dans les Cotes d'Armor (22).
> Les hirondelles de fenetre sont pratiquement absentes et la population
> d'hirondelles rustiques tres clairsemee. Les petites colonies d'hirondelles de rivage
> semblent en revanche normalement representees.>

> Goulven MONNIER
> 22300 Lannion

-------------------------

En Suisse, un recul massif d'environ 50 % a ete signale cette annee en divers endroits chez l'hirondelle de fenetre. Aucune explication connue.

Bernard Volet
Station ornithologique suisse
CH - 6204 Sempach

 

contribution de Frederic MALHER <FredMalher@compuserve.com>, "L'Hirondelle de fenêtre à Paris", 22 juin 1998

je me suis mis à suivre l'installation de la colonie de La Grande Halle de la Villette : plus de 100 nids (cf.

http://ourworld.compuserve.com/homepages/fredmalher ) .

Du coup je me suis pris au jeu : où y en a-t-il d'autres à Paris ? Il doit y en avoir une derrière N-Dame à la pointe de l'île St Louis, j'ai vu 2 nids au Trocadéro sur l'Esplanade des Droits de l'Homme. .. . mais il y en a sûrement d'autres.

Si vous m'envoyez des renseignements, je les rajoute (avec votre signature) sur ma page

Frédéric Malher

 

réponse de Dominique Vallet <dominique.vallet@univ-rennes1.fr>, "hirondelle", 28 mars 1998

Bonjour à tous

Je suis toujours réjoui quand je vois "ma" première hirondelle.

Ce matin, elles sont deux (hirondelle de cheminée) sur mon antenne TV (à 50 km ouest de Rennes).

 

contribution d'Alain Chappuis <alain.chappuis_A_medecine.unige.ch>, "Hirondelle", 26 mars 1998

Bonjour a tous,

hier 15 mar 1998 a Thoiry (Ain) pres de Geneve, la premiere hirondelle Rustique (Hirundo rustica).

Toujours 3 sarcelles d'ete sur la retenue de Verbois (Cheneviers).

Bonnes observations de printemps.

Alain.

 

retour